]]>

21 juin 2009

Attentat de Karachi : une affaire d'Etats déjà enterrée ?

Partager
Retour sur le passé : le 8 mai 2002, onze Français de la Direction des chantiers navals (DNC) de Cherbourg meurent dans un attentat à Karachi. Ces attentats arrivant quelques mois à peine après ceux du 11 Septembre perpétrés aux Etats-Unis, Al-Qaida semblait tout droit désignée comme responsable.

Plus de 7 ans après, Marc Trévidic et Yves Jannier, les deux juges d'instruction chargés du dossier, ont déclaré avoir abandonner la piste d'Al-Qaida, pour se tourner vers une sombre histoire politico-financière. Une note nommée "Nautilus" vient tout remettre en question. Que trouve-t-on notamment dans cette fameuse "Nautilus" ? Que "
l'attentat de Karachi a été réalisé grâce à des complicités au sein de l'armée (pakistanaise) et au sein des bureaux de soutien aux guérillas islamistes" et que "les personnalités ayant instrumentalisé le groupe islamiste qui a mené à bien l'action poursuivaient un but financier. Il s'agissait d'obtenir le versement de commissions non honorées" (source Le Monde).

Arrive alors en compte la système de rétro-commissions à la française. De 1993 à 1995, Edouard Balladur est alors Premier Ministre, et Nicolas Sarkozy est alors ministre du Budget et porte-parole de ce gouvernement. C'est durant ce mandat que sont signés des contrats d'achat de sous-marins français par le Pakistan. Désormais les juges suspectent que des commissions auraient été versées à des responsables pakistanais afin de faciliter la signature de ces contrats. Et en retour, un système de rétro-commissions pour aider des responsables politiques français. Est donc clairement visé Edouard Balladur, candidat aux élections présidentielles de 1995.

Et l'attentat de tout cela ? Jacques Chirac est élu en 1995 Président de la République. L'ennemi juré d'Edouard Balladur à cette époque aurait purement et simplement annulé tout le système de commissions. Les Pakistanais alors furieux pourraient avoir donc commandité ces attentats en représailles.

Tout cela n'est pour le moment que suppositions et présomptions. Mais l'identité de l'auteur de la note Nautilus donne un fort impact à sa crédibilité : Claude Thévenet est en effet un ancien membre des services secrets français. Mais au-delà des faits, trois réflexions me viennent à l'esprit.

Un complot anti-Sarkozy. Jacques Chirac, qui depuis maintenant plusieurs longues années voue une haine indestructible à Nicolas Sarkozy, pourrait avoir décidé de passer à l'offensive. Jacques Chirac, maître ès barbouzeries, pourrait ainsi trouver sa vengeance contre son successeur. A moins qu'il n'envoie un signal au pouvoir actuellement en place : il vaut mieux laisser El Chi finir tranquillement sa retraite, et laisser ses proches (je pense notamment au procès Clearstream de Dominique de Villepin qui se tiendra après l'été) en paix, au risque de lancer des œufs pourris et de commencer le grand déballage de la droite française.

Deux affaires séparées. Je m'étonne que les médias lient aussi facilement ces deux affaires et n'arrivent à les dissocier. Car si la piste des commissions et rétro-commission s'avéraient être la vérité, nous nous trouverions alors bel et bien face à deux affaires : l'une sur l'attentat de Karachi et dans ce cas je souhaite bien du courage aux juges Trévidic et Jannier pour aller enquêter dans les plus hautes sphères de l'Etat pakistanais. La seconde franco-française de financement occulte de partis politiques, mettant directement en cause un ancien Premier Ministre (Edouard Balladure) et indirectement deux Présidents de la République (Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac).

Le silence des médias. Souvenez-vous de l'affaire Julien Dray, et du ramdam médiatique autour des révélations judiciaires. Pour finalement un "simple député". Et aujourd'hui, alors que les plus hauts représentants politiques français sont clairement nommés et visés, les médias se taisent. Aux Etats-Unis, quelques uns menaceraient déjà d'impeachment leur Président. En France, tout le monde se tait. Cette affaire a à peine été abordé quelques secondes dans les JT des chaînes de télévisions. Personne n'ose demander à Nicolas Sarkozy de s'expliquer. Tout ressemble à l'étouffement d'une sombre affaire de gros sous. Mais silence, les Français préfèrent qu'on leur parle d'enlèvement de fillettes et d'accident d'hélicoptère. Mais bien sûr.

Libellés : ,

33 Commentaires:

Anonymous Nicolas dit ...

Bravo, bien dit Luc !

21 juin, 2009 15:46  
Blogger Luc Mandret dit ...

merci :)

21 juin, 2009 15:47  
Blogger FalconHill dit ...

Pour Julien Dray, vous (nous) étiez (étions) tous à réclamer la présomption de l'innocence. Alors avant d'allumer des braises ici, j'ai envie d'attendre la vraie vérité.

Pas envie de te dire bravo, mais te dire que nous devons réclamer, fortement, la vérité. Sans aller plus loin et sans chercher le délit de sale gueule, ou le prétendu complot.

Et te souhaiter une bonne fin de dimanche...

(je n'aime ni l'affaire, ni la manière dont elle est traitée, par les sarkozystes et non sarkozystes... garder tête froide, c'est bien aussi pour faire surgir la vérité...)

21 juin, 2009 16:13  
Blogger Luc Mandret dit ...

Tu auras peut-être constaté que je n'avais que peu parlé de l'affaire Dray (seulement une note humoristique).

Par ailleurs, je suis d'accord avec toi (et je pense n'accuser personne ni devancer la justice en pointant du doigt des coupables), en revanche je n'ai pas envie que tout cela soit étouffé !

Bon dimanche à toi aussi :)

21 juin, 2009 16:18  
Blogger leliseur dit ...

Troublant aussi de voir les similitudes avec la série Reporters diffusée sur Canal Plus ces dernières semaines où une scène équivalente se déroule en Arabie Saoudite.
MC

21 juin, 2009 16:21  
Blogger Yves Formentin dit ...

Salut Luc,

Tu as oublié de noté que Nicolas Sarkozy était ministre du Budget lors de cette affaire, mais aussi et surtout Directeur de campagne de Balladur...

21 juin, 2009 16:23  
Anonymous Michel Hinard dit ...

En tout cas sur France Inter et France Info, ils en parlent... Il est vrai que je ne regarde pas la télé...

21 juin, 2009 16:28  
Blogger Luc Mandret dit ...

MC >> je n'ai pas vu la série ...

Yves >> tu as raison de le préciser

Michel >> Inter je n'écoute pas, Info je les ai trouvés light

21 juin, 2009 16:41  
Anonymous Fabien Lorc'h dit ...

L'importance de l'affaire et le silence des médias me trouble aussi. On dirait presque que c'est rien.

Mais tu avais relever le détail important qui fait pencher l'opinion publique et les médias pour telle ou telle info.

L'impact sentimentaliste. Ainsi il faut que cela touche à des enfants, à des gens qui n'auraient rien demandé pour que cela est un importance quelconque.

On navigue à l'affect et cela continue.

21 juin, 2009 21:00  
Blogger BA dit ...

Pierre Louette, haut fonctionnaire français, président-directeur général de l’Agence France-Presse depuis décembre 2005.

Né à Paris le 31 décembre 1962, Pierre Louette est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’École nationale d’administration. A sa sortie de l’école en 1989, il intègre la Cour des comptes. Il exerce ensuite d’autres fonctions, d’abord dans le public : au sein du cabinet du premier ministre Édouard Balladur, de 1993 à 1995.

Puis dans le privé : au sein de Havas Advertising de 1996 à 2000, puis de ConnectWorld, une agence de communication qu’il crée, et enfin chez LVMH de 2000 à 2003.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Louette

Pierre Louette travaillait pour Edouard Balladur de 1993 à 1995. Ensuite, Pierre Louette travaillait pour Bernard Arnault, le patron de LVMH. Bernard Arnault était le témoin de Nicolas Sarkozy lors de son mariage avec Cécilia.

Bref, Pierre Louette fait partie du clan Balladur - Sarkozy.

L’Agence France Presse est bien tenue.

Ce n’est pas de ce côté-là que nous aurons des scoops sur la vente des sous-marins Agosta au Pakistan en 1994.

21 juin, 2009 21:57  
Blogger BA dit ...

Un billet d’Olivier Bonnet à lire absolument :

http://www.plumedepresse.com/spip.php?article1156

21 juin, 2009 22:40  
Blogger Mancioday dit ...

Quand on voit avec quelle dextérité, Sarkozy a instrumentalisé l'affaire Clearstream, on se dit que c'est un juste retour des choses.

Je pense pas que Chirac soit derrière tout cela, mais Sarkozy traine de pas mal de casseroles derrière lui de toute manière. Quid de l'affaire concernant son appartement de Neuilly....

22 juin, 2009 14:28  
Blogger BA dit ...

Olivier Bonnet continue à remettre les pièces du puzzle à leur place, et c'est de plus en plus terrifiant (le plus grand scandale de la Vème République, tout simplement) :

http://www.plumedepresse.com/spip.php?article1157

22 juin, 2009 16:38  
Anonymous Anonyme dit ...

Une seule solution a cet immobilisme, que l'armée de France se soulèvent contre ce pouvoir corrompu.
Quand viendra le moment des émeutes...

23 juin, 2009 01:13  
Blogger BA dit ...

Quelle sera la priorité du gouvernement Fillon 2 ?

Réponse : supprimer les juges d’instruction.

Dans l’affaire des frégates de Taiwan, les juges d’instruction Françoise Desset et Jean-Christophe Hullin se rapprochent dangereusement du clan Balladur-Sarkozy :

http://www.bakchich.info/article4994.html

http://www.bakchich.info/article6545.html

Dans l’affaire de l’attentat de Karachi, les juges d’instruction Marc Trévidic et Yves Jannier se rapprochent dangereusement du clan Balladur-Sarkozy :

http://www.lepoint.fr/actualites/2009-06-19/les-soupcons-concernant-l-attentat-de-karachi-sement-le-trouble/1037/0/354104

D’où l’importance du remaniement : Michèle Alliot-Marie est nommée numéro 3 du gouvernement, et c’est la seule ministre avec Borloo à avoir le titre de ministre d’Etat. Elle est secondée par Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat.

Le portefeuille de ces deux ministres, Michèle Alliot-Marie et Jean-Marie Bockel : la Justice.

La mission de ces deux ministres : supprimer les juges d’instruction.

23 juin, 2009 22:26  
Blogger BA dit ...

- De 1993 à 1995, Patrick Ouart est membre du clan Balladur-Sarkozy. Patrick Ouart est conseiller pour la Justice du premier ministre Edouard Balladur. Patrick Ouart connaît l’affaire des frégates de Taiwan, l’affaire des sous-marins vendus au Pakistan, le système des commissions versées aux dirigeants pakistanais, et des rétro-commissions occultes qui revenaient dans les coffres du clan Balladur-Sarkozy.

- De 2007 à aujourd’hui, Patrick Ouart est le conseiller pour la Justice de Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarkozy lui a demandé d’empêcher les juges d’instruction de boucler leurs enquêtes sur l’affaire des frégates de Taiwan, et aussi sur l’affaire des sous-marins vendus au Pakistan. Patrick Ouart propose alors une réforme scandaleuse : supprimer les juges d’instruction.

Lisez cet article :

« Discret avec les médias mais efficace, Patrick Ouart s’occupe de tous les dossiers ayant trait à la justice quitte à marcher sur les plates-bandes de la garde des Sceaux, Rachida Dati, qu’il ne peut supporter, pointant son incompétence.

Parce qu’il est beaucoup plus puissant et écouté que la ministre de la Justice, il met en place de nombreuses réformes. C’est lui, et non le cabinet de la garde des Sceaux, qui rédige le discours sur la disparition des juges d’instruction en janvier 2009 qui provoque de nombreuses polémiques : cette réforme priverait les magistrats de leur indépendance. »

http://www.politique.net/2009031204-portrait-patrick-ouart.htm

24 juin, 2009 00:24  
Anonymous Filaplomb (éditeur de bonnes nouvelles) dit ...

De la part des journalistes français, leur hargne à exercer est inversement proportionnelle à la position de la personne impliquée. Le péquin moyen est trainé dans la boue, le président blanc comme neige.
Triste univers du journalisme de déférence…

24 juin, 2009 11:21  
Blogger Monsieur Poireau dit ...

Il est essentiel que les blogueurs continuent à entretenir la circulation de cette info ! Bravo d'y participer !
:-))

24 juin, 2009 11:21  
Blogger BA dit ...

Le Watergate français sera-t-il étouffé ?

Ou alors le clan Balladur-Sarkozy sera-t-il jeté en prison ?

Nous avons peut-être la réponse dans cet article explosif :

http://www.plumedepresse.com/spip.php?article1158

24 juin, 2009 15:18  
Blogger BA dit ...

Le Watergate français : en 1995, la campagne présidentielle d’Edouard Balladur a été financée par les rétro-commissions provenant de la vente de 3 sous-marins au Pakistan.

En 2007, un courrier du procureur de Paris envisage un lien reliant une société, HEINE, et le financement de la campagne d’Edouard Balladur.

Lisez cet article :

« La campagne d'Edouard Balladur au coeur de l'enquête sur Karachi.

Le financement en 1995 de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, que soutenait alors Nicolas Sarkozy, est au coeur de l'enquête sur l'attentat anti-français de Karachi de 2002, confirme un document.

Ce courrier de 2007 du parquet de Paris, que Reuters s'est procuré, mentionne la société Heine, créée au Luxembourg en 1994 par la Direction des constructions navales (DCN). Elle était destinée au versement de commissions officiellement légales à l'époque pour faciliter la conclusion des marchés d'armement.

Citant des éléments de l'enquête, le courrier du procureur envisage un lien avec le financement de la campagne électorale du Premier ministre de l'époque, Edouard Balladur, campagne que dirigeait Nicolas Sarkozy, ministre du Budget de 1993 à 1995.

Les juges d'instruction Yves Jannier et Marc Trévidic pensent que c'est l'arrêt en 1996 puis en 2000 de paiements de commissions au Pakistan, en partie par cette structure luxembourgeoise de la DCN, qui aurait amené des militaires pakistanais à commanditer l'attentat du 8 mai 2002.

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE55O0EV20090625

25 juin, 2009 21:48  
Blogger BA dit ...

Karachi : les révélations de l'homme qui a bloqué les commissions.

La piste des commissions – et rétro-commissions – occultes dans l'affaire de l'attentat de Karachi ne cesse de se préciser. Le consultant en sécurité Frédéric Bauer, ancien policier réputé proche de Jacques Chirac, a déclaré à Mediapart avoir été officiellement missionné «par les plus hautes autorités de l'Etat» pour mettre un terme, en 1996, au versement d'une partie des commissions dues par la France dans le cadre du contrat d'armement avec le Pakistan.

«C'est un peu comme enlever la nourriture de la cage d'un lion», confie M. Bauer en évoquant l'intermédiaire proche des réseaux balladuriens, Ziad Takieddine, auprès de qui il avait été missionné par les chiraquiens. Le blocage de ces versements, sur fond de guerre Chirac/Balladur, pourrait être le mobile de l’attentat contre la DCN qui fit quatorze morts, le 8 mai 2002.

http://www.mediapart.fr/journal/france/260609/karachi-les-revelations-de-l-homme-qui-bloque-les-commissions

Un site entièrement dédié au Watergate français :

http://karachigate.blogspot.com/

26 juin, 2009 15:16  
Blogger BA dit ...

Le 24 juin 1994, puis le 3 août 1994, deux notes de travail informent la Direction des Constructions Navales et le gouvernement que si le contrat est signé, le contrat coûtera très cher à la France : entre 47,26 millions d’euros et 99,09 millions d’euros.

C’est à la page 4 :

http://www.ccomptes.fr/fr/CDBF/documents/ARR/Arret05493.pdf

Pourtant, le gouvernement Balladur décide de passer outre cet avertissement !

Le gouvernement Balladur signe le contrat le 21 septembre 1994 ALORS QU’IL SAIT QUE LA FRANCE VA PERDRE DES DIZAINES DE MILLIONS D’EUROS SUR CE CONTRAT !

Pourquoi le gouvernement Balladur a-t-il signé un tel contrat ruineux pour les finances de l’Etat ?

Réponse : parce que Edouard Balladur avait besoin de beaucoup d’argent pour financer sa campagne présidentielle.

Edouard Balladur a donc choisi de faire perdre des dizaines de millions d’euros à la France en toute connaissance de cause, parce que ce contrat lui permettrait de financer sa campagne présidentielle grâce à des rétro-commissions.

Conclusion de ce Watergate français : ce contrat a finalement coûté à la France 76 millions d’euros (lire page 4) et ce contrat a causé la mort de 14 innocents (11 morts français, 3 morts pakistanais).

26 juin, 2009 21:32  
Blogger BA dit ...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

27 juin, 2009 13:28  
Blogger BA dit ...

Le 18 mai 2007, Nicolas Sarkozy nomme Hervé Morin ministre de la Défense.

Le 23 juin 2009, Nicolas Sarkozy garde Hervé Morin comme ministre de la Défense.

Question 1 : pourquoi Nicolas Sarkozy tient-il à ce qu’Hervé Morin reste ministre de la Défense ?

Question 2 : Hervé Morin va-t-il déclassifier tous les documents « SECRET DEFENSE », comme le lui demandent les familles des victimes de l’attentat de Karachi ?

Question 3 : Hervé Morin n’est-il pas un ancien membre du clan Balladur des années 1993-1994-1995 (autres membres du clan Balladur : Nicolas Sarkozy, François Léotard, etc.) ?

Question 4 : que sait Hervé Morin du financement de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1994 et 1995 ?

Article HERVE MORIN sur le site Wikipedia :

Carrière.

Au ministère de la Défense.

Hervé Morin est chargé de cours à l'université Paris V-René Descartes de 1989 à 1995. Il entre au ministère de la Défense en 1993, comme conseiller technique chargé des relations avec le Parlement, des affaires domaniales et des questions d'environnement, au cabinet de François Léotard, ministre d'État et ministre de la Défense.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Herve_Morin

27 juin, 2009 14:38  
Anonymous Philippe dit ...

On est en France ... c'est triste ...

28 juin, 2009 13:34  
Blogger BA dit ...

Nicolas Sarkozy se met alors à rire avant de reprendre : "Non pardon, hein, je ris pas du tout parce que Karachi c'est la douleur de familles et de trucs comme ça… mais… qu'est-ce que vous voulez que j'aille répondre là-dessus."

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/20090620.OBS1240/?xtmc=karachi&xtcr=6

Cette dernière phrase de Nicolas Sarkozy : « Karachi, c’est la douleur de familles et de trucs comme ça » a été reprise par les familles des victimes elles-mêmes.

Les familles des victimes répondent à Nicolas Sarkozy :

En mémoire de nos proches, nous demandons maintenant la complète collaboration de l’Etat français avec les juges d’instruction, afin que ceux-ci se voient dotés des moyens humains et financiers qui leur sont nécessaires ainsi qu’un accès facilité, passant par une déclassification des documents « Secret Défense ». Le « respect de la douleur des familles de victimes » serait qu’il nous soit permis de connaître la vérité !!!

http://www.verite-attentat-karachi.org/

28 juin, 2009 13:46  
Blogger BA dit ...

Quel a été le budget de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995 ?

Le compte de campagne de M. Edouard Balladur est arrêté comme suit (en francs) :

- Dépenses : Mandataire : 83 846 491 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;
Total : 89 776 119 francs.

- Recettes : Mandataire : 85 676 060 ; Partis politiques : 5 929 628 ; Avantages en nature : 0 ;
Total : 91 605 688 francs.

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/1995/compte-balladur-1995/decision-compte-balladur-1995-du-11-octobre-1995.10707.html

Rappel : Edouard Balladur ne pouvait pas compter sur l’aide financière de son propre parti politique, le RPR. En effet, pendant la campagne présidentielle de 1995, le RPR finançait le candidat Jacques Chirac.

Question : en 1995, où le clan Balladur-Sarkozy a-t-il trouvé ces 90 millions de francs ?

28 juin, 2009 14:26  
Blogger BA dit ...

Comment empêcher l’Assemblée Nationale d’enquêter sur l’attentat de Karachi ?

Comment étouffer le Watergate français ?

Réponse : il suffit de confier la mission d’information à la commission de la Défense. Le patron des députés PS Jean-Marc Ayrault est d’ailleurs scandalisé de cette décision.

Cette commission de la Défense est constituée de 60 députés en tout. Sur ces 60 députés :

- 36 députés sont membres de l’UMP.

- 3 députés sont membres du Nouveau Centre (le parti du ministre de la Défense Hervé Morin, qui travaillait déjà au ministère de la Défense de 1993 à 1995, quand le contrat de vente des sous-marins a été signé).

- il y a seulement 20 députés de gauche dans cette commission, et 1 député non-inscrit !

Je vous laisse imaginer l’impartialité de la commission de la Défense !

Je parie que la commission de la Défense va conclure que tout s’est passé dans les règles !

Lisez cet article :

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090630.OBS2518/une_mission_dinformation_sur_lattentat_de_karachi.html

30 juin, 2009 14:47  
Blogger BA dit ...

Affaire Karachi : Edouard Balladur est directement impliqué.

Abdulrahman El-Assir a été l'un des principaux intermédiaires payés par la France dans le cadre de plusieurs grands contrats d'armement internationaux, dont celui de la vente de sous-marins au Pakistan. Il est suspecté de longue date par les services secrets français de s'être livré à des activités illégales (blanchiment, trafic de drogue et d'armes...), mais aussi d'entretenir des « relations financières » avec l'ancien premier ministre Edouard Balladur, selon des informations recueillies par Mediapart.

Ces éléments sont confortés par des notes de la Direction générale des services extérieurs (DGSE), un rapport secret d'un ancien agent de la DST, Claude Thévenet, et par le témoignage de l'ancien directeur financier de la Direction des constructions navales (DCN). Ce dernier, Gérard-Philippe Menayas, a confirmé devant la justice la proximité du réseau El-Assir avec l'ancien chef du gouvernement français, et a évoqué le rôle qu'aurait joué Renaud Donnedieu de Vabres.

http://www.mediapart.fr/journal/france/020709/xxxx-ne-pas-prendre

02 juillet, 2009 21:25  
Blogger BA dit ...

Attentat de Karachi : les juges demandent la levée du secret défense à Hervé Morin.

Les juges antiterroristes chargés de l'enquête sur la mort de salariés de la DCN à Karachi en 2002 ont demandé au ministre de la Défense Hervé Morin de lever le secret-défense sur des documents relatifs à cet attentat, a-t-on appris samedi de source proche du dossier, confirmant une information du Point.

http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=e68f3c8e7e65bc076925ecf0ce26129e

Rappel : Hervé Morin faisait partie du clan Balladur-Sarkozy de 1993 à 1995. Hervé Morin était le conseiller du ministre de la Défense François Léotard.

Sarkozy a nommé Hervé Morin ministre de la Défense en 2007. Sarkozy a reconduit Hervé Morin comme ministre de la Défense en juin 2009 : le clan Balladur tient le couvercle de la cocotte-minute parfaitement verrouillé.

04 juillet, 2009 15:15  
Blogger BA dit ...

En exclusivité pour Mediapart, l’un des hommes-clés de «l’affaire de Karachi» s’exprime pour la première fois. Ancien agent de la DST, Claude Thévenet est l’auteur des fameux rapports «Nautilus» révélant que l’attentat de mai 2002 contre des employés de la Direction des constructions navales (DCN) à Karachi, qui coûta la vie à onze Français, pourrait avoir eu pour cause le blocage de commissions, sur fond de guerre Chirac/Balladur.

L’interview dévastateur pour le clan Balladur-Sarkozy est lisible sur le site des familles des victimes de l’attentat de Karachi :

http://www.verite-attentat-karachi.org/?p=169

06 juillet, 2009 23:09  
Anonymous Anonyme dit ...

Un petition est ouverte, faites comme moi, signez la!
tp://www.verite-attentat-karachi.org

09 juillet, 2009 17:22  
Anonymous BA dit ...

Aujourd’hui, vendredi 10 juillet, le journal Libération fait sa une et son dossier sur le scandale de Karachi et sur le scandale de Taïwan.

Ventes d’armes : tout est deal.

Par RENAUD LECADRE

http://www.liberation.fr/societe/0101578931-ventes-d-armes-tout-est-deal

Secret défense, interdit de savoir.

Par FABRICE TASSEL

http://www.liberation.fr/societe/0101578927-secret-defense-interdit-de-savoir

10 juillet, 2009 22:49  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home