]]>

15 juin 2009

Lâche tes comm' à NKM

Partager
Je suis invité demain mardi à un dîner avec Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’État chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique (un des avantages et plaisirs du statut de blogueur, à défaut d'avoir une influence réelle).

Au menu de cette rencontre : "
Y a-t-il une conscience politique numérique ? Quel est le véritable impact d’Internet sur une élection, sur une décision politique ? Quelle est la frontière entre le journaliste et le blogueur ? Le citoyen de demain sera-t-il forcément connecté? A quoi ressemblera l'élu 2.0 ?"

SI vous avez des remarques, commentaires, questions, suggestions, n'hésitez pas, j'essaierai de faire remonter tout cela à
Nathalie Kosciusko-Morizet.

Libellés : , ,

17 Commentaires:

Blogger axel chanfrault dit ...

Hello,
Voici mon petit avis: l'avantage du blogueur est que c'est avant tout un citoyen, rarement encarté comme le sont tous les militants politiques et qu'il a un rapport au monde plus proche ou en tout cas moins lointain que la plupart des journalistes, influencés par leur milieu, leur sphères professionnelle et personnelle. Le blogueur est une sorte de thermomètre d'une certaine frange de la population: celle qui réfléchit plus qu'elle n'agit, en laissant de côté ceux que la fracture numérique a laissés de côté, bien sûr. Je précise que ces découpages de population correspondent assez aux derniers découpages réalisés par les professionnels du marketing (finies les CSP, les gauche-droite...): pour preuve l'écologie devenue l'affaire de tous.
Bon ceci est une première remarque à chaud; j'étofferai certainement après avoir un eu plus réfléchi à la question.

15 juin, 2009 17:09  
Anonymous Kandalama dit ...

Si Internet n'existait pas, Obama non plus.

15 juin, 2009 17:30  
Anonymous [Enikao] dit ...

Journaliste / blogueur ? Accès aux sources, écrire quand on doit / QUand on veut, sur le sujet de ma rubrique / sur ce que je veux, sans relation avec le lectorat sauf en presse régionale / relation et discussion, produit fini / process ongoing, payé pour écrire / écrit par envie et passion...
J'ai longuement réfléchi et glosé là-dessus.

Sur l'impact d'Internet dans la décision politique, ma question est plutôt liée à la litéracie numérique des élus. N'y connaissant (presque) rien, ils ont probablement tendance à rejeter ce qu'ils considèrent comme de l'opinion de geeks énervés, voire pire quand ils comparent Internet à un ramassis de mafieux et de pervers. Puisqu'ils n'y prêtent pas attention, faut-il attendre un changement du personnel politique (Nicolas Sarkozy affirme ne jamais toucher à un ordinateur) ou bien a-t-on des chances de voir arriver quelques "passeurs" (au Gouvernement, à l'Assemblée, ou bien des conseillers) qui vont faire bouger les lignes ?

15 juin, 2009 17:55  
Blogger Captain Skopje dit ...

Question par rapport à "l'élu 2.0"


Précisément, le "2.0" considère que l'utilisateur -le citoyen- peut autant apporter à l'édifice que celui qui se situe en haut de la pyramide -le "responsable politique (pas seulement l'élu...). Si Obama a radicalement innové dans sa campagne, c'est par la mise en pratique du concept d'"empowerment". Pas seulement pour des contributions mode Désirs d'Avenir, mais en donnant une réelle autonomie à la base.

Soit un mode de pensée radicalement opposé à celui de l'homme politique "traditionnel" français : la bonne décision est prise d'en haut et, pour faire accepter SA décision, le responsable doit faire oeuvre de pédagogie -la rengaine des ministres. Les Français comme des enfants [et pire encore, puisqu'en principe une bonne éducation vise à éclairer, à apprendre à l'enfant à user de son autonomie]...
Dans notre système, l'élection représente un blanc-seing pour délibérer et agir en lieu et place du peuple (et encore : l'essentiel du pouvoir réside dans l'exécutif, dont seul le sommet -le chef de l'Etat- a reçu l'onction populaire...).

Dans cette perspective, croyez-vous vraiment qu'il puisse exister un élu 2.0 en France avant, au mieux, 50 ans?

Comment croire en "l'élu 2.0" quand, en France aujourd'hui, Frédéric Lefebvre s'exprime si souvent au sujet du numérique à l'UMP?

Comment imaginer que des hommes politiques qui sont des professionnels de la politique, qui y font carrière souvent toute leur vie, cumulant souvent toutes sortes de mandats, puissent réellement jouer le jeu du "2.0" et ne pas considérer que leurs pensées -"professionnelles" donc, elles- sont qualitativement supérieures à celles des citoyens lambda -dont la politique n'est pas le métier?

15 juin, 2009 19:20  
Blogger Jérémy Collado dit ...

Comment s'appellera son enfant ?

15 juin, 2009 19:23  
Blogger axel chanfrault dit ...

Je ne suis pas d'accord avec vous. Un élu n'a jamais pris de décision unilatérale: c'est de la science fiction! Il s'est toujours attelé à quérir les impressions des uns et des autres sur le terrain et à faire consensus en accord avec ses convictions et sa conscience. Le net ne fait qu'accélérer et amplifier la remontée des informations et des ressentis de la base vers le haut. La grande différence, en plus de la rapidité, réside dans le fait qu'à présent tout cela devient public. On n'a pas besoin de S. Royal et de ses concepts citoyens: ils sont déjà là!

15 juin, 2009 19:50  
Anonymous gilles dit ...

En parallèle ou en complément à l'élu 2.0, j'aimerai bien que tu évoque également le citoyen 2.0 : celui qui exprime son choix de pouvoir via le net.

On pourrait peut-être commencer dans les entreprises, par l'exercice du pouvoir actionnarial. Parce que je ne pense pas que la France soit prête à l'exercice du droit de vote politique par le net.

Aux Etats-Unis, les grandes sociétés (paradoxalement pas les petites sociétés) font voter leurs actionnaires sur les résolutions qui seront présentées à l'Assemblée Générale, via un site internet. Le débat se passe sur le net, pendant les mois qui précèdent l'Assemblée Générale des actionnaires. L'AG n'est plus qu'une chambre d'enregistrement des décisions. Pour les grandes boites internationales, ça permet à tous les actionnaires d'être égaux dans l'exercice de leur pouvoir. Ainsi plus d'exclusion de ceux qui habitent loin et dont les frais pour se rendre à l'AG seraient si importants qu'ils opèrent comme élément dissuasif.
A quand un système similaire en France ?

15 juin, 2009 22:02  
Blogger Olivier Bonnet dit ...

Comment NK-M osera-t-elle justifier qu'elle n'ait pas pris position contre Hadopi ? "Solidarité gouvernementale" et blablabla, alors même que cette loi était stupide, inopérante et liberticide, et qu'elle le savait pertinemment ?

15 juin, 2009 22:10  
Anonymous mademoisellep dit ...

+ 1 d'Olivier Bonnet : NKM s'est faite discrète, trop discrète, pendant les débats ... pourquoi ? Considère t elle que la culture ne saurait être une forme quelconque d'économie , a fortiori numérique ?

Autre question : annoncer sa grossesse sur facebook, twitter des replies sur les talons aiguilles ... Comment voit elle la fonction ministérielle à l'heure du web social ? où met elle la nuance entre exhibition sur le net et paparazzades dans voici ?

15 juin, 2009 22:27  
Blogger sKaLpA dit ...

Comme les deux précédents....

Et comment justifie-t'elle Loppsi alors que ce qui est arrivé à Plume de presse prouve que la lutte contre la pédophilie est efficace?

Merci et see ya!

15 juin, 2009 22:42  
Blogger axel chanfrault dit ...

@ mademoisellep:
NKM est membre d'un gouvernement qui propose une loi, c'est logique qu'elle ne se prononce pas ouvertement contre! (Je ne défend personne, je trouve également que cette loi est mal faite, entendons-nous bien). Concernant l'exhibition sur le net, je ne sais pas si on est très bien placés pour parler! Blague mise à part, est-il possible définir le terme "web social"? Je ne vois pas bien à quoi cela correspond!?

15 juin, 2009 22:44  
Anonymous Peuples dit ...

j'ai une question, pourquoi aucuns blogueurs de gauche ne sont invités ?

15 juin, 2009 23:26  
Blogger Mancioday dit ...

Au contraire, le plus gauchiste d'entre tous est invité ;)

Dagrouik himself

15 juin, 2009 23:31  
Anonymous Laurent dit ...

tu lui demanderas pourquoi elle se focalise sur ses quelques centaines de followers au lieu de parler aux Français...

16 juin, 2009 00:41  
Anonymous mademoisellep dit ...

@axel chanfrault

Je n'attendais pas vraiment qu'elle se prononce pour OU contre en fait. Juste qu'elle soit présente lors des débats dans la mesure ou le PJL entrait pour partie dans ses domaines de compétences. J'entendais qu'elle prenne donc la parole, tout simplement. QU'elle soutienne le PJL pourquoi pas, mais qu'au moins elle soit visible !!

Sur l'exhibition en ligne : je ne m'exhibe personnellement, pas du tout. Et de surcroit, je ne suis pas encore ministre :-) donc pas un personnage publique. Je me demandais juste ou mettre le curseur du "publique"

Sur le web social, j'entends par là ce fameux "web d'aujourd'hui" de frederic lefebvre ;-), et plus sérieusement, le web de la conversation, discussion, échange, prise de parole, mobilisation ....

Voilà, j'espère avoir éclairci mes propos.

16 juin, 2009 10:25  
Anonymous Anonyme dit ...

mouais , invité 3 pauvres blogueurs qui ne represente rien , papoté chiffon autour d'un repas tout frais payé ... ouha quel debat !

les blogueurs ne representeront jamais la France et les francais, ca c'est kler et net :)

16 juin, 2009 22:44  
Anonymous emanu124 dit ...

Je voudrais demander à NKM ce qu'elle met comme parfum ...
Quoi ? J'ai le droit d'être futile non ? De toutes façons le rendez-vous est passé, je peux écrire n'importe quoi..

18 juin, 2009 22:51  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home