]]>

12 juillet 2009

Le retour de Ségolène Royal ou la Francofolie d'Orelsan

Partager
Orelsan, vous connaissez ? Petit rappel : Orelsan est un rappeur "controversé" suite principalement à un clip d'une vieille chanson intitulée «Sale pute». Des paroles virulentes en effet, et des propos pour le moins choquants. Et j'entends bien les contestations des féministes, notamment celle de la camarade blogueuse Olympe. Je ne répéterai cependant jamais assez que je suis un fervent défenseur de la liberté d'expression. Je suis contre toute forme de censure, et si jamais l'on jugeait que Orelsan est allé trop loin, je pense que c'est devant les tribunaux que cela devrait être réglé. Pas pour des raisons du politiquement incorrect bafoué ou d'affront à la bienpensance de notre société.

Mais le plus intéressant reste le flou artistique autour de l'annulation de la présence d'Orelsan aux Francofolies de La Rochelle. Et Ségolène Royal qui survient dans le débat. De façon bien brouillonne, comme le rappelle Slate.fr : "
l'entourage de Ségolène Royal avait dans un premier temps démenti mais la présidente de la Région Poitou-Charentes l'a confirmé samedi 4 juillet à Sud-Ouest: oui, elle a bien demandé l'annulation du concert du rappeur Orelsan aux Francofolies de La Rochelle le 14 juillet. Ce que dément l'organisateur du festival". Bon courage pour suivre. On imagine le bordel dans l'équipe de Ségolène Royal, et le manque de coordination et de concertation. Mais passons, l'amateurisme des politiciens français ne nous étonne plus.

Aux dernières nouvelles donc, Ségolène Royal est bien intervenue pour demander l'annulation du concert d'Orelsan. Autrement dit : une censure de la part d'une élue politique - Ségolène Royal est présidente de la Région Poitou Charente où se déroulent les Francofolies - pour des raisons de convictions personnelles, comme elle le dit elle-même : "
en tant que femme et présidente de la région Poitou-Charentes, je n'ai absolument pas envie de sponsoriser sur mon territoire une personne qui vante les violences faites aux femmes". Ou de la censure d'un artiste pour des raisons de désaccords moraux.

Mais Ségolène Royal, plutôt silencieuse depuis la défaite des socialistes aux élections européennes (alors même qu'elle aurait eu un boulevard politique devant elle pour reprendre le leadership), trouve dans cette polémique un moyen de revenir sur le devant de la scène, consciemment ou pas. Être au centre de la polémique se révèle toujours porteur pour elle. Surfer sur les divisions des Français permet de faire parler d'elle et de ne pas se faire oublier. Ségolène Royal sait aussi qu'elle trouvera aussi le soutien "des femmes", un discours de femme à femme facile à
marketer pour mieux se vendre auprès de cette cible électoralement puissante.

Libellés : , , ,

15 Commentaires:

Anonymous Le Volontaire dit ...

Je me demande quels étaient les moyens de pressions à la disposition de Royal, étant donné que les Francofolies sont une aubaine pour le coin...

12 juillet, 2009 20:06  
Blogger Luc Mandret dit ...

Les subventions allouées au festival par la Région ... Sans elles, pas de festival.

12 juillet, 2009 20:07  
Anonymous olympe dit ...

il peut bien chanter ou il veut, mais pas subventionné avec mes impots

12 juillet, 2009 20:09  
Anonymous Anonyme dit ...

J'imagine que tu es pour la liberté d'expression de Dieudonné M'balla M'balla de continuer à faire son travail.

12 juillet, 2009 21:59  
Blogger Juan dit ...

Luc, pas toi... ;-)

12 juillet, 2009 23:11  
Anonymous Gilles dit ...

"Mais Ségolène Royal, plutôt silencieuse depuis la défaite des socialistes aux élections européennes (alors même qu'elle aurait eu un boulevard politique devant elle pour reprendre le leadership"

Je ne dirai qu'une chose : "rien ne sert de courir, il faut partir à point" (et c'est ce que fait excatement Ségolène)

13 juillet, 2009 11:11  
Anonymous Gilles dit ...

"Mais Ségolène Royal, plutôt silencieuse depuis la défaite des socialistes aux élections européennes (alors même qu'elle aurait eu un boulevard politique devant elle pour reprendre le leadership"

Je ne dirai qu'une chose : "rien ne sert de courir, il faut partir à point" (et c'est ce que fait excatement Ségolène)

13 juillet, 2009 11:11  
Blogger estelle92 dit ...

Un boulevard ?
Fichtre, heureusement que tu ne diriges pas la politique du Modem, Luc !

13 juillet, 2009 11:27  
Anonymous Isabelle dit ...

Luc, tu aurais mieux fait de continuer à ne pas en parler. Ce n'est pas de la censure, un constat, ma liberté d'expression à moi, tu permets? Personne n'a voulu censurer Orelsan, juste ne pas subventionner avec des fonds publics un type dont les jeunes pourraient s'inspirer pour tabasser les filles, un peu comme le type qui vient d'assassiner Fatima dans la banlieue de Lyon. S'il veut chanter ses conneries qu'il paye ses salles de spectacles. Ce n'est pas de la censure c'est du bon usage des fonds publics au service des valeurs de la République.

13 juillet, 2009 12:06  
Blogger Luc Mandret dit ...

Olympe >> tes impôts financent bien le Front National ...

Anonyme >> oui, tant qu'il ne tombe pas sous le coup de la loi !

Juan >> ne me dis pas que cela te surprend ;)

Gilles >> j'aimerais entendre plutôt Ségolène sur la retraite ou sur Karachi !!

Estelle >> pas compris ...

Isabelle >> oui, Isabelle, d'ailleurs je pense que je vais écrire une note pour lancer un appel aux pouvoirs publics afin de ré-interdire Orange Mécanique ! C'est un scandale ce film, non ? Peut-être est-ce film qui a inspirer ce type qui vient d'assassiner Fatima dans la banlieue de Lyon. Va savoir !

13 juillet, 2009 12:39  
Anonymous Gilles dit ...

@ Luc,

Ce n'est pas parce que Ségolène ne dit rien sur Karachi et sur les retraites qu'elle n'a rien à dire ! (dans ce cas, je te retournes le propos en appliquant cela à Bayrou !)

13 juillet, 2009 13:07  
Blogger igermain dit ...

M'enfin Luc, "Orange mécanique" tout le monde dit que c'est un film d'horreur, que si la démarche est artistique, le contenu est horrible, interdit dans la vraie vie. De même Sade ( on en parle beaucoup, sans raison, à propos d'Orelsan alors je réponds par anticipation) il a toujours été admis que le sadisme est une déviance. Orelsan , lui, banalise. Les critiques et politiques, au lieu de dénoncer le contenu de ses chansons font passer sa violence pour une démarche artistique. Les jeunes ne comprennent plus pourquoi ils sont condamnés quand ils violentent les filles. Ce sont les juges qui le disent... Tant que cette violence sera banalisée, on n'en sortira pas.

13 juillet, 2009 18:26  
Anonymous Christophe dit ...

"luc : Les subventions allouées au festival par la Région ... Sans elles, pas de festival."

Parce que tu crois vraiment qu'elle n'aurait pas subventionnée le festival !? Elle se serait pris une grosse gifle (politico-médiatique) à cause des artistes oui...

14 juillet, 2009 04:12  
Anonymous Philippe dit ...

Il faudrait juste savoir qui a mis cette video sur internet ...

Car elle n'a jamais été éditée ... Alors à qui profite le crime ?

20 juillet, 2009 11:38  
Anonymous Rencontre msn dit ...

Segolene Royal cherche à faire parler d'elle, elle se ridiculise de plus en plus...

24 juillet, 2009 11:49  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home