]]>

07 septembre 2009

Comment Sarkozy a dissous la gauche ou le pouvoir est une drogue

Partager
Note écrite par Manu du blog Les pensées de Manu.

Il est très courant de lire dans les magazines politiques de longues pages d'analyse sur les stratégies alambiquées élaborées par Sarkozy pour tailler la gauche en pièces.

Mais nul n'est besoin de lui prêter une intelligence hors normes et des théories politiques compliquées. Car l'homme n'est pas intelligent, du moins au sens raffinement intellectuel. Au contraire d'un Mitterrand ou d'un Giscard-d'Estaing et à l'instar de son père spirituel Chirac - qu'il a d'ailleurs fini par tuer de façon très oedipienne, mais ceci est une autre histoire - c'est un animal politique rusé, roublard et à la peau dure, un vrai tueur.

Il a simplement compris une chose essentielle : peu de gens peuvent résister à l'attrait du pouvoir. Un portefeuille ministériel ou une mission d'état attribuée, et le farouche opposant se transforme rapidement en mouton docile. Et ceux qui restent en arrière sans rien se regardent tous avec méfiance en pensant "à qui le tour ??". Un vrai jeu de massacre.

Oui, le pouvoir est irrésistible. Et une fois qu'on y a goûté, on ferait tout pour retrouver "ministre de...." sur du papier à en-tête. Certains vendraient leur propre mère pour récupérer un chauffeur et une voiture de fonction. Même éloignés quasi-définitivement des responsabilités, mêmes âgés, les politiques ne veulent pas décrocher.

Ils sont comme ces has-been du spectacle qui vous sortent leur vieilles vidéos en vous déclarant : "mon dernier single marche très bien au Japon et mon prochain disque va sortir très bientôt"

Regardez ce pauvre Rocard, qui s'imaginait que parce qu'il allait apparaître Ségolène Royal allait le laisser être le candidat à sa place ou qui court pondre des rapports inutiles et incompréhensibles parce que Sarko lui jette une miette de temps à autres et qu'il n'a toujours pas renoncé à l'idée d'accéder aux plus hautes responsabilités à 80 ans bien tassés !

Pathétique.

Cette stratégie n'est d'ailleurs pas nouvelle. Louis XIV l'avait déjà utilisée pour mater une noblesse rebelle qui avait failli le renverser pendant la Fronde. Les ex-conjurés achetés à coup de privilèges et de fonctions honorifiques s'étaient rapidement transformés en courtisans serviles.

Reste à savoir combien de temps cette stratégie fonctionnera. Pour le moment, le PS est laminé, Sarko a réussi à rallier toute la droite du centre à de Villiers sous sa bannière, et il est bien parti pour se faire réélire en 2012, faute de réelle opposition. Son meilleur adversaire étant pour le moment un membre de son propre bord : Dominique de Villepin.

Mais les oubliés des privilèges Sarkoziens et les ex-privilégiés tombés en disgrâce attendent leur heure. Certains membres de l'UMP ne lui pardonnent pas les cadeaux à des personnalités de gauche et une de ses ex-favorite, Rachida Dati, se rapproche beaucoup du clan Chirac en ce moment.

Après le laminage de la gauche, Sarko va-t-il donc contribuer à façonner - bien malgré lui - un nouveau paysage politique en France avec un clivage.... droite - droite ??

L'avenir nous le dira.

Libellés : , ,

9 Commentaires:

Blogger Guillaume dit ...

"Au contraire d'un Mitterrand ou d'un Giscard-d'Estaing et à l'instar de son père spirituel Chirac (...) c'est un animal politique rusé, roublard et à la peau dure, un vrai tueur" : On arriverait presque à croire en lisant cela que VGE ou Mitterrand n'était pas des "tueurs" politiques ! Il s'agit de se renseigner et d'étudier les stratégies des précédents présidents avant d'affirmer des choses pareilles. Mitterrand tout particulièrement, était un très fin limier et un véritable "killer" en politique (revoir sa stratégie pré- et post-électorale en 81 pour réduire l'extrême gauche à peau de chagrin, par exemple)...
A ce niveau de politique, Manu doit savoir qu'on DOIT être nécessairement un tueur, mais en plus véritablement intelligent et que l'on ne s'y trompe pas : Sarkozy l'est, simplement le style est -était ?- radicalement différent par rapport à ses prédécesseurs, un style que la bien-pensance conformiste a bien du mal à accepter... à moins que celui-ci n'émane de quelqu'un de gauche : là, forcément, on pardonnerait. On encenserait, même.

07 septembre, 2009 10:22  
Anonymous Mirabelle dit ...

Sarkozy n'a même pas cette idée de bipartisme, ce qui lui convient c'est un grand parti hégémonique afin de réduire la démocratie en miette. C'est son seul but, tuer toute contestation possible.

07 septembre, 2009 10:30  
Anonymous Antoine dit ...

OU laaa article bien polémiste. Mais il n'y a que de l'opinion et peu d'analyse. Dommage.

On peut critiquer mais il faut s'intéresser au minimum au fond des choses.

Et non l'action politique ce n'est pas seulement l'attrait du pouvoir. Mais ici on ne parle pas d'action politique. Au plus près on ne parle que de "rapports inutiles et incompréhensibles".

Un bon travail serait de prendre la peine de se documenter, de savoir lesquels sont traités et en quoi les traiter ou la manière de les traiter permet de qualifier le rapporteur de traitre accroché au pouvoir.

07 septembre, 2009 15:53  
Blogger OochyKoochy dit ...

Sarkozy n'est absolument pas intelligent.

c'est un gougnafier, à la limite de l'illettrisme (fautes de syntaxe, etc.), inculte, iun planqué (il passait la roto-brosse pendant son service militaire... l'après-midi, il allait faire son droit, tranquillement), un complexé de l'Oedipe - "Papa m'aime pas !", un grand classique - un soudard, à l'humour de corps de garde, un truand malhonnête et un bonimenteur, un marchand de tapis bon pour de la vente à l'arrachée, avec des goûts de chiotte (Disneyland, les éclairs au chocolat, la culture, hum hum, Chimène Badi, Enrico Macias, Mireille Mathieu, Jean-Marie Bigard etc., à l'inextinguible soif de pouvoir et d'humiliations et de reconnaissance, un Staline de droite. communication, propagande, manipulations, perfusions des affects via la presse et la télé aux ordres...

pathétique. et dangereux.

bref. un nain politique. la fin de la politique. le seul qui ait semblant encore d'y croire quoi.

07 septembre, 2009 16:39  
Anonymous Gilles dit ...

Je crois qu'on surestime trop Sarkozy et perso, je prédis un scénario à la Giscard (1981) en 2012.

Tout dépendra du PS et du Modem en réalité. En tout cas, je pense que l'on va dans le bon sens

07 septembre, 2009 17:28  
Anonymous emanu124 dit ...

@Guillaume : évidemment que Giscard et Mitterrand étaient des tueurs. Ce que je voulais dire c'est que je trouve que Sarkozy n'a pas l'intelligence raffinée de certains de ses prédécesseurs. C'est un homme assez brut et peu cultivé avec une approche binaire de la vie. Il n'en reste pas moins un animal politique parmi les plus dangereux - enfin tout dépend du point de vue où l'on se place : pour ou anti. Personnellement je suis très, mais très anti.
@Mirabelle : et oui, il aimerait tellement ... Etre aimé de tous, c'est son rêve fou..
@Antoine : vous qui avez semble-t-il une grand expérience de l'analyse politique expliquez-moi donc comment il convient de procéder. Je ne demande qu'à apprendre...
@Oochy Koochy : je suis relativement d'accord. Mais il faut faire attention, il est extrêmement rusé ! Ce n'est pas pour rien qu'il est parvenu là où il est..
@Gilles : je crains malheureusement qu'il soit réélu en 2012, faute de réel opposant..

07 septembre, 2009 20:14  
Anonymous Anonyme dit ...

Et dans tout celà, où retrouve-t-on le citoyen?
Dans la stratégie de Sarko, et en miroir, dans ce post, il n'est question que d'entité politique et de personnalités plus ou moins intéressées.
Sarkozy a été élu à près de 53%, c'est beaucoup!
A-t-il appliqué sa politique, ou une politique pour la France?
En 2007, Sarkozy a eu le mérite d'intéresser des gens à la politique (plus de 3% des votants), il les a déçus.
Alors au moment du vote ...
indépendamment des questions d'appareils, de maroquins ou autre faveurs accordés.

07 septembre, 2009 21:33  
Anonymous Anonyme dit ...

"un style que la bien-pensance conformiste a bien du mal à accepter... "

"Bien-pensance" & "conformiste" dans la même phrase ! Encore un "politiquement correct" & "angélisme" pour faire bonne mesure - un chouillat de "stalinien" et on y est...

Il nous manque décidément un Flaubert pour nous faire un dictionnaire des idées reçues afin d'expurger le discours de ces expressions idiotes et stériles qui ne signifient plus rien (si toutefois elle signifiaient) - exercice de rhétorique médiocre en somme.

10 septembre, 2009 16:08  
Anonymous Comparavie dit ...

Bonjour,

C'est très malin de la part de Sarkozy d'avoir fait une OPA sur la gauche.
Grâce à cela, il a l'assurance de brouiller les cartes politiques.

Ryan.

17 septembre, 2009 22:57  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home