]]>

01 octobre 2009

Bling-bling Sans Frontière

Partager
L'on se moquait et détestait la bling-bling attitude de Nicolas Sarkozy. Mais à l'étranger - à l'exception peut-être d'un Silvio Berlusconi en Italie - finalement peu de dirigeants politiques avaient été attaqués pour leur propension à admirer le luxe vulgaire, à vivre dans le culte du bling-bling.

Et pourtant, à la lecture de Courrier International, un article intitulé "La chasse au bling-bling a commencé" * relate les déboires du vice-ministre indien Shashi Tharoor et de Somanahalli Mallaiah Krishna (aka S.M. Krishna), le ministre des Affaires étrangères de l'Inde. Tous deux logés dans des hôtels 5 étoiles, il faut dire qu'ils cumulent les boulettes en terme de communication politique quant à leur niveau de vie. Notamment lorsque Monsieur Tharoor demande "que l'on construise un gymnase privé et un jacuzzi dans les nouveaux bungalows des deux ministres". Et lorsque le ministre des Finances du gouvernement indien impose à l'ensemble des ministres de "n'emprunter désormais que la classe économique lors de leurs déplacements", le même Tharoor réplique sur son compte Twitter "que la classe économique était la classe du bétail".

Voilà de l'inspiration pour Nicolas Sarkozy. Non pas sur la vulgarité des deux bling-bling ministres indiens, mais sur l'utilisation de Twitter, bien évidemment. Plus de 250 000 followers en effet pour Shashi Tharoor sur Twitter. Nicolas Sarkozy, dont la présence sur Twitter était annoncé avant l'été, semble avoir lu la presse indienne qui attaque également le vice-ministre sur ce nouvel hobby : "d'abord, il a été forcé de quitter le confort du Taj, un excellent hôtel cinq étoiles. Et maintenant il est l'objet de moqueries qui le décrivent comme amoureux du luxe et scotché à son Twitter", raconte un journaliste indien. Twitter, un gadget dans la panoplie du parfait bling-bling ?

* Note rédigée dans le cadre d'un partenariat avec Courrier International

Libellés : , , , , ,

1 Commentaires:

Anonymous emanu124 dit ...

Je ne suis pas certaine que Sarko prenne le risque d'aller sur Twitter. On le sait, l'homme est courageux, surtout entouré de 50 gardes du corps, mais pas téméraire. En témoignent ses récents déplacements et visites très très balisés..

02 octobre, 2009 11:58  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home