]]>

05 décembre 2009

Ségolène Royal et Sarah Palin, même combat ?

Partager
Comparer Ségolène Royal à Sarah Palin, voilà qui est improbable et plutôt osé. Mais Eric Pape, un journaliste du site américain The Daily Beast, trouve quelques similitudes dans les forces et les faiblesses des deux femmes politiques.

Dans un article traduit et rapporté par Courrier International, Ségolène Royal le "pitbull" des socialistes, celle qui se fait remarquer par "son esprit franc-tireur, son écoute des gens simples, son charisme "chaleureux" et son étonnante capacité à occuper le devant de la scène" peut définir ségolène Royal ou Sarah Palin.

De même Palin et Royal font cause commune quant à leurs échecs, et leurs avenirs : "son plus beau coup, incontestablement, a été d'entraîner son parti dans la défaite lors d'une élection présidentielle à sa portée. Avec un peu de chance, elle pourrait tenter le doublé". Je suis, je suis ?

Il est toujours intéressant de se déconnecter de la vision française de nos hommes politiques. Allez lire le portrait de Ségolène Royal par The Daily Breast, et sa comparaison avec Sarah Palin valent le détour.


* Note rédigée dans le cadre d'un partenariat avec Courrier International

Libellés : ,

5 Commentaires:

Anonymous Eric dit ...

Si je ne m'abuse, ce sont deux femmes. Mais il y en a une qui est plus à droite que l'autre.

05 décembre, 2009 17:42  
Blogger Luc Mandret dit ...

Nan, tu crois ? ;)

05 décembre, 2009 17:43  
Anonymous Eric dit ...

Oui, je t'assure. Sarah Palin a des peaux d'ours (qu'elle a tués elle-même) dans son salon. Ségolène Royal elle, trouve que la corrida est un spectacle magnifique. Ça fait une différence, non?

05 décembre, 2009 18:59  
Anonymous Pierre-Antoine dit ...

Madame Royal a lancé un "appel", une "proposition" au modem pour les régionales en Poitou-Charente. Bon, bon, et alors ? Et alors, ce qui est étonnant, c'est la date à laquelle elle fait cette proposition : lors du Congrès programmatique de ce même modem. Exactement comme lorsqu'elle a parasité à Dijon, le congrès sur l'école : il n'y eût pas le moindre mot dans la presse sur l'école et les débats qui avaient eu lieu. En revanche, l'on su tout des affrontements Royal-peillon. Son offre n'aurait-elle pas cette objectif là ? A savoir, couper l'herbe sous le pied du Modem, et ainsi prendre la place dans l'agenda médiatique (encore que l'on pourrait supposer que les échos de ce congrès programmatique ne seraient pas nécessairement énorme - on connait les médias lorsqu'il s'agit du fond) ?

Royal ou la politique du coucou. Royal ou la lutte acharnée contre le débat et contre le fond. Royal : tout dans la forme. Fichtre, on est mal barré.

06 décembre, 2009 14:35  
Anonymous Anonyme dit ...

Luc, que pensez-vous de cette fameuse "main tendue"? 5 places en Poitou-Charentes contre 1 aujourd'hui, sachant que des centristes travaillent déjà avec des socialistes dans les départements, c'est pas mal, ça ferait un vrai groupe non dilué dans le groupe PS. MAIS ça obligerait le Modem à perdre son indépendance et à risquer sa situation locale, le tout sans savoir ce qu'ils valent sur la région (je ne sais le score qu'on a fait aux Européennes, sans doute autour de 10%?) D'un côté on propose de tendre la main aux socialistes de bonne volonté donc quand ils tendent la main c'est dur de ne pas la prendre, mais si on la prend c'est comme si on admettait qu'on ne fera pas autant que le PS et qu'on ne sera pas 1er, donc qu'on n'est pas un parti de 1er plan. C'est surtout là que ça fait mal. Même si des régionales, ce n'est pas la présidentielle.

08 décembre, 2009 21:39  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home