]]>

31 mars 2009

Bertrand Delanoë : Big Brother is watching you !

Partager
Le conseil de Paris vient d'approuver un plan de la Préfecture de Police autorisant l'implantation de 1226 caméras supplémentaires de vidéo-surveillance dans la capitale. Actuellement, on estime à un peu plus de 300 le nombre de ces joujoux. Certes un nombre ridicule comparées aux 500 000 caméras disposées partout dans Londres.

Bizarrement, de caméras de vidéo-surveillance et de leur impact sur l'intégrité des citoyens il n'était point question lors du Printemps des Libertés organisé par le Parti Socialiste. Que Martine Aubry et sa clique tiquent sur les "atteintes aux libertés publiques" menées par Nicolas Sarkozy et son gouvernement n'empêche nullement Bertrand Delanoë et ses amis de proposer un plan allant à l'encontre des belles paroles de leurs camarades. Car si la Préfecture de Police se chargera de la maîtrise d’ouvrage et si l’État offrira généreusement 6 millions d’euros par an aux sociétés en charge des vidéos, c'est bel et bien la mairie de Paris qui financera les travaux de voirie pour faciliter le câblage du réseau.

Autrement dit, la Mairie de Paris - Bertrand Delanoë et Christophe Caresche son monsieur sécurité aux premiers plans - passe un pacte avec le gouvernement et le Ministère de l'Intérieur pour mieux fliquer les Parisiennes et les Parisiens si chers à notre Bébère 1er. 30 000 euros par caméra (sans compter la maintenance) pour atteindre à la liberté de circulation des citoyens.

Les caméras devraient principalement être installées aux abords des gares parisiennes, mais également dans les 18ème et 19ème arrondissement. Officiellement pour aider à résoudre des problèmes liés à l'insécurité.

Mais pour quelle efficacité ? Le Maire de Paris a-t-il seulement pris la peine d'étudier les résultats de la vidéo-surveillance outre-Manche ? Selon un rapport de Scotland Yard cité par lepetitjournal, "3% des vols à la tire dans Londres ont été résolu en utilisant un système de vidéosurveillance, en dépit du fait que la Grande-Bretagne soit plus équipé qu’aucun autre pays d’Europe" ... Cher payé pour de bien piètres résultats et une atteinte aux libertés publiques.

Libellés : , ,

29 mars 2009

Abbaye abandonnée

Partager
Abbaye de Goussainville
Abbaye de Goussainville, Val d'Oise (95)

Libellés :

Changement d'heure ...

Partager
... enfin une occupation pour Julien Dray !

28 mars 2009

Communication politique : dure réalité pour les hommes politiques blogueurs

Partager
Dur dur d'être un homme politique et de tenir un blog. Pierre Moscovici se confronte aujourd'hui à cette dure réalité. Et le député socialiste du Doubs semble avoir du mal avec cet exercice. Probablement aussi car il est l'un des quelques hommes politiques de premier plan sur l'échiquier national à écrire lui-même ses articles.

Dans une lettre aux blogueurs publiée hier, Moscovici s'agace. Nous noterons au passage que Pierre Moscovici n'a pas encore bien compris la blogosphère, cette note publiée s'adressant à ses lecteurs et commentateurs, et non aux
blogueurs comme il l'écrit en titre : n'est pas blogueur toute personne qui fréquente les blogs, mais celui qui en écrit. L'heure est grave donc, comme l'écrit Moscovici lui-même à propos de son média : "ce blog est menacé de disparition". L'objet de cette menace ? "quel que soit le sujet traité, qu'il s'agisse du retour de la France dans l'Otan, des manifestations des 29 janvier et 19 mars, de mon voyage au Québec, des élections en Israël, des propos du pape, de la politique économique de Nicolas Sarkozy, de mon action dans le Pays de Montbéliard, de la situation du PS aussi..., le débat dégénère très vite dans une foire d'empoigne, au ton pas toujours très digne, sans argumentations dignes de ce nom, autour d'un thème obsessionnel : Ségolène ou Martine, avec périodiquement le retour de DSK, et sporadiquement l'émergence de telle ou telle personnalité plus jeune, jugée tantôt charismatique, tantôt médiocre".

Dure réalité. Comme tout blogueur, Moscovici doit faire face à des trolls, ces internautes (blogueurs ou non) qui ne postent des commentaires que dans le but de vous mépriser, de vous insulter, de dévier la conversation ou de faire passer des messages "publicitaires" sans lien aucun avec le sujet du post. (Je salue au passage l'un de mes trolls préférés). Pas marrant parfois, déprimant souvent, les notes que l'on juge parfois les plus intéressantes étant les moins commentées, les plus ignorées. Comme l'écrit Charles sur le blog Vicastel, "
la “commentosphère” est un aspect par essence indissociable des blogs - la notion de discussion étant intrinsèque au blog - mais elle peut paradoxalement mettre en danger les blogs eux-mêmes". Moscovici devra apprendre, s'il veut pouvoir continuer à bloguer, à passer outre. Ou bien à modérer a priori les commentaires, parfois utile durant quelques temps pour éloigner les parasites.

Mais au-delà du troll, et le cas de Moscovici est particulièrement parlant, le blog reste tout de même un média merveilleux pour que ces politiciens restent en contact avec la réalité des Français. Ces lieux tenus par des notables avec un accès constant aux médias et aux projecteurs attirent en effet tous ces papillons silencieux qui globalement permettent de bruisser des véritables préoccupations du peuple. Du peuple qui trouvent un moyen de témoigner de leur quotidien. Ou des militants socialistes, dans le cas de Moscovici, qui peuvent enfin s'exprimer sans être confrontés aux censures des organes hiérarchiques du PS.

Dans la série "
hommes politiques confrontés sur leur blog aux dures réalités de la médiatisation", le blog de Julien Dray fait figure d'exemple. Chez lui, peu de lecteurs et peu de commentaires. Très souvent moins de 10 commentaires par article, et bien souvent un bon "0 commentaire" pour certains de ses posts. Une exception : 47 commentaires pour une note sans réel intérêt. Seule raison de cette sur-activité : les ennuis judiciaires de Julien Dray. Les internautes ont donc profité de l'existence du blog de Julien Dray pour cracher leur haine ou pour apporter des messages de soutien. Le blog ne servant alors qu'à exercer un rôle de café du commerce, que les hommes politiques devraient plus souvent fréquenter in real life pour (enfin) se rapprocher des citoyens ...

Comme le dit si justement Dominique Wolton (sociologue spécialisé dans la communication notamment politique) dans un article du journal La Croix : "
communiquer, c’est s’adresser à un autre qui ne nous comprend pas car il n’est pas nous-même. C’est construire une relation avec autrui en sachant qu’il est un autre. Communiquer, au fond, c’est apprendre à cohabiter". Les hommes politiques devront apprendre à cohabiter avec la communauté des internautes. Ou s'éloigner encore plus des Français pour ne pas être confrontés aux critiques.

Libellés : , , , ,

27 mars 2009

communication politique : le Front National, roi du buzz ?

Partager
En l'espace de quelques jours deux grosses actualités pour le Front National, les Le Pen père et fille peuvent se réjouir, ils font l'actu avec une bonne grosse provocation comme ils les aiment et une bonne grosse polémique comme les médias adorent. Du politiquement totalement incorrect pour un buzz assuré.

Une bonne polémique : une session inaugurale du Parlement présidée par Jean-Marie Le Pen après le scrutin des élections européennes du 7 Juin, voila qui fait frémir tous les démocrates revendiqués. En effet, cet honneur revient au doyen des eurodéputés. A 80 ans, Jean-Marie Le Pen sera selon toute vraisemblance ce doyen. Imaginez : le leader du FN à la tribune du Parlement Européen. Il en faudrait moins pour que Cohn-Bendit en redevienne tout rouge. Au risque de me faire (encore) des ennemis, un règlement est un règlement : au nom de quoi devrait-on interdire un parlementaire élu par des citoyens, un parlementaire membre d'un parti politique autorisé. Oui les propos du vieux me révulsent (je le précise, sait-on jamais), mais le Front National n'est pas interdit en France et ses membres et dirigeants sont libres de s'exprimer.

Une bonne provocation : l'affiche électorale de Louis Aliot, tête de liste du FN aux élections européennes pour la région Sud-Ouest. Et il est fort à parier que les candidats des autres régions devraient s'en emparer, eu égard la médiatisation de cette affiche. Imaginez : utiliser Jean Jaurès (déjà récupéré par Nicolas Sarkozy et créant également une polémique à cette occasion), un leader socialiste, le martyr de 1914, tant vénéré par le PS et pourtant tant méconnu des Français. Il faut dire que les dirigeants frontistes sont maîtres dans l'art de la provocation : "
Jaurès aurait voté Front National", la phrase est bien choisie pour énerver. Si ce n'était le FN, on applaudirait la communication politique. Si ce n'était un graphisme déplorable, on pourrait considérer cette affiche comme un exemple de publicité politique.

Résultat : le buzz pour cette affiche, succès immédiat, on en parle, on parle donc du Front National. Forcément des militants socialistes râlent. D'autres blogueurs ont bien compris l'intérêt de cette affiche : "
En mal de finance, il [Louis Aliot] vient de se souvenir des méthodes de feu le patron du parti pour faire parler de lui peu avant les Européennes". Forcément des blogueurs d'extrême droite se pourlèchent les babines : "L’affiche FN avec Jaurès rend la gauche hystérique". Le grand Môssieur Resse quant à lui s'interroge sur le fond et revient sur la passé anti-dreyfusard de Jaurès et cite quelques phrases pour le moins antisémites du héros de la gauche pour conclure : "N'en reste pas moins que les donneurs de leçons, si prompts à pointer les dérives du temps passé se font étrangement discrets, quand on en vient à l'idole jauressienne. Eu égard à sa fin dramatique, probablement... N'empêche, les propos cités plus haut sonnent d'avantage "FN" que "PS". Ou alors, on m'aurait menti?". Grégory Bozonnet analyse justement le succès de cette affiche : "L’opposition est piégée : elle ne peut pas laisser passer cette provocation mais toute réponse à cette affiche contribue à sa publicité". CQFD.

Libellés : , , , ,

25 mars 2009

Eric Naulleau, Eric Zemmour : pourquoi sont-ils si méchants ?

Partager
Eric Zemmour et Eric Naulleau, deux polémistes de l'émission de Laurent Ruquier sur France2, On n'est pas couché, voilà comment sont présentés le journaliste politique du Figaro et l'éditeur. Ils encensent et critiquent, mais bien souvent détruisent et pulvérisent les invités de cette émission grand public. C'est leur droit, ils sont (grassement) payés pour le faire, alors pourquoi s'en priver ?

Pourquoi s'en priver ? Car leurs exercices au final se révèlent ô combien contre-productif. Ne jugeons pas du fond de leurs propos, de leurs postures de "
réac de droite de droite" et de "bobo gauche caviar". Ils ont leurs avis, soit. Chacun est libre de penser ce qu'il veut. Ils appartiennent à un système médiatique qui fait de l'audience pour faire de l'argent. Très certainement ils doivent remplir cette mission.

Mais quelle finalité ? Au-delà de leurs avis politiques, et de leurs rôles d'avocats du diable pour pousser à bout et dans leurs retranchements les femmes et hommes politiques qui se prêtent à ce jeu, leurs commentaires "culturels" finalement prêtent à rire. Car très majoritairement, ils se complaisent à atomiser les invités, là encore volontaires. Et des invités volontaires pour une bonne raison : ces chanteurs, écrivains, essayistes, romanciers, réalisateurs et autres savent une chose (ou leurs éditeurs et producteurs le savent pour eux) : Naulleau et Zemmour font vendre. Et pis même : ils font d'autant plus vendre qu'ils se font exploser par les deux zozos du PAF. Un sale quart d'heure à passer pour ces "artistes" : se faire humilier par deux auto-proclamés critiques culturels pour sadiquement faire vendre leur produit.

Avec une once d'intelligence, à la place des Eric Zemmour et Naulleau, si tant est que je détestais une création, je n'en parlerai pas, à partir de ce constat. Le mépriser ou en dire virulemment tout le mal que j'en pense, c'est faire de la pub. Et donc indirectement le soutenir, l'aider. "
Il n'y a pas de mauvaise pub, il n'y a que de la pub", un adage que l'on pourrait juger controversable pour les politiques, mais pour le reste, tout est bon à prendre.

Avec une once d'intelligence, à la place des Eric Zemmour et Naulleau, je parlerai de ce que j'aime, de mes coups de cœur. Ignorer pour ne pas soutenir dans les ventes, et encourager ceux qui n'ont pas accès à ce système médiatique. Pour le contourner, intelligemment.

Libellés : , ,

24 mars 2009

élections européennes 2009 : que faire pour intéresser les électeurs ?

Partager
Ce matin dans le métro, je rencontre l'assistant parlementaire d'un député socialiste, l'un de ces bons clients que les médias adorent. Nous discutons de tout et de rien, et notamment du Parti Socialiste et des élections européennes. En l'espace de dix minutes de trajet ensemble, deux réflexions nous rassemblent.

Un énervement tout d'abord : celui que le scrutin des européennes en France risque de se transformer en référendum pour anti Sarkozy. Et le discours de la Première Secrétaire Martine Aubry lors de la convention du PS ne laisse rien présager de rassurant, bien au contraire. Les élections européennes, sauf actualité très inattendue se joueront sur des arguments absolument nationaux. Les partis politiques, et au premier plan desquels le Parti Socialiste, tenteront de capitaliser sur l'impopularité de Nicolas Sarkozy, et l'incapacité du gouvernement et de l'UMP à répondre aux véritables problèmes issus de la crise économique, afin d'engranger le maximum de députés européens. Triste, pathétique et irresponsable. L'Europe ne le mérite pas.

A l'issue de ce constat, nous sommes convenus d'une proposition qui déjà permettrait de susciter un intérêt un peu plus important des citoyens pour le scrutin à venir. Si tout simplement l'ensemble des Européens votaient le même jour. Rien que ça. En effet, le scrutin se déroule du 4 au 7 Juin 2009, selon les pays. A n'y rien comprendre, on parle de la "tradition des pays". Un geste fort : que tous, nous tous Européens, votions le même jour.

Je continue la réflexion (le changement de métro nous ayant empêché de poursuivre la conversation) : afin de susciter ne serait-ce qu'un minimum l'intérêt des électeurs, les Etats ne pourraient-ils pas imposer aux employeurs de mettre à disposition des employés une heure sur le temps de travail pour se rendre à l'isoloir ? Avec cette simple mesure, de combien de points la participation augmenterait-elle ?

Avec un peu de volonté politique, je suis convaincu que l'Europe pourrait intéresser les Européens. Il suffirait d'un premier pas, d'un déclencheur. Il faut craindre qu'il ne verra probablement pas le jour cette année ...

A lire ou relire à propos des élections européennes de Juin 2009 :
- élections européennes 2009 : à l'UMP, on se déchire aussi (en silence)
- élections européennes 2009 : le buzz commence
- élections européennes 2009 : au PS, on se déchire, encore et encore ...
- élections européennes 2009 : 1 député européen sur 10 est blogueur !
- élections européennes 2009 : le MoDem dévoile ses têtes de liste
- élections européennes 2009 : TH!NK ABOUT IT ! (or not)
- élections européennes 2009 : le MoDem et les candidats à la candidature
- élections européennes 2009 : une vraie diplomatie en Europe ?
- élections européennes 2009 : être candidat du MoDem, et la modernité bordel ?
- élections européennes 2009 : comment gagner le scrutin ?
- élections européennes 2009 : une Europe très nationaliste
- élections européennes 2009 : le MoDem se prépare
- élections européennes 2009 : les députés européens du MoDem
- élections européennes 2009 : la place de l'Europe dans les médias
- élections européennes 2009 : quelle Europe de la défense ?
- élections européennes 2009 : on fait quoi ?

Libellés : , , , , ,

23 mars 2009

Si l’Europe était…

Partager
Me voilà tagué par Jérôme. Une chaîne de blogs sur l'Europe. Le but est de donner sa vision de l'Europe à travers un personnage, une plante, un tableau, une chanson, une ville. Let's go !

Si l’Europe était un animal, elle serait une baleine, si grosse et si fragile, si belle et pourtant tellement en danger. Menacée de disparition à cause d'inconscience, de mépris et de désintérêt.

Si l’Europe était une fleur, elle serait en plastique (désolé les amis écolos) pour ne jamais faner. Pas forcément la plus belle, sans odeur, mais toujours présente, parfois trop décorative et pas forcément de celle que l'on aime avoir dans les beaux salons élitistes, mais au contraire populaire et immortelle.

Si l’Europe était une toile, elle serait Le Cri d'Edvard Munch, tellement horripilée d'être abandonnée et seule, angoissée par cette solitude et ses névroses existentielles.

Si l’Europe était une ville, ce serait Groville, la capitale du Groland, une ville imaginaire, une ville où l'on se marre, une ville qui fait réfléchir. Une ville fictive, pour dépasser la notion de ville et passer au delà.

Si l’Europe était un personnage, il sera le premier Président de l'Europe, celui que les citoyens européens éliront un jour, un Président de l'Europe élu au suffrage universel.

Enfin, si l’Europe était une chanson, ce serait Wig in a Box, une chanson tirée du film Hedwig and the Angry Inch, juste parce que je l'écoute en boucle en ce moment, car cette chanson est un hymne à la différence et à l'ouverture.

Je repasse le morpion européen à tout plein de monde : Maxime, Virginie, Monsieur Poireau, Nicolas, Ronald, Meilcour, MIP, Nicolas, Farid, Quitterie, Laure, Authueil, Pierre, Le Faucon, Bix, et puis tous ceux qui voudront ...

Libellés : ,

22 mars 2009

Des sous ! pour que se tienne au Cambodge le procès des Khmers rouges

Partager
Au Cambodge, le procès de Duch, l'ancien responsable Khmer rouge sous le régime de Pol Pot, reprendra le 30 mars. Accusé de crimes contre l’humanité et crimes de guerre, Kaing Guek Eav de son vrai nom devra affronter le fond du son jugement, les vraies questions, enfin. Duch dirigeant la prison de Tuol Sleng dans laquelle plus de 15000 Khmers ont été torturés et mis à morts.

Un tribunal spécial parrainé par l'ONU à Phnom Penh se compose, à la suite d'un accord très complexe, de personnels et juges cambodgiens et internationaux. Cette Cour fonctionne grâce à des budgets distincts notamment financés par des pays tels que la France, l'Allemagne, le Japon et l'Australie.

Problème : les donateurs internationaux avaient décidé la suspension du versement des financements au tribunal, suite à des présomption de corruption. Alors que le procès doit reprendre, le tribunal se trouve à sec. Le Japon vient d'octroyer un versement supplémentaire de 200000 dollars, mais la question de la suspension des fonds est toujours d'actualité. Pour que se tienne le procès, les Nations Unies se doivent de lever rapidement la suspension de ce financement.

Alors que ce procès se déroule sans que les pays occidentaux ne veuillent y accorder une once d'intérêt, le génocide khmer se révèle être l'un des plus meurtrier de l'histoire : 2 millions de cambodgiens tués, soit le quart de la population de ce pays à cette époque. 30 ans après la fin de la dictature du Kampuchéa démocratique, le peuple khmer a l'occasion de faire (une partie de) son deuil au travers de ce jugement. Il serait tellement dommage que ces espoirs s'envolent pour des raisons financières.

Libellés : , ,

21 mars 2009

Hervé Novelli, un ancien de l'extrême-droite

Partager
Hervé Novelli portera-t-il plainte contre lui-même ? Semble-t-il, le secrétaire d'état chargé du commerce, des PME, du tourisme, de l'artisanat et des services n'aime pas que l'on rappelle son passé. Fiche wikipedia d'Hervé Novelli : "Il commença par militer à l'extrême droite : Fédération des étudiants nationalistes (1962-1964), Occident (1964-1968), puis Ordre nouveau (1969-1973), le Front national (1973-1974) et enfin le Parti des forces nouvelles (1974-1981)". Difficile d'occulter un tel parcours.

Qui est responsable de ce passé sinon Hervé Novelli lui-même ? Le problème, Hervé Novelli ne semble pas apprécier que l'on rappelle sa jeunesse. Sur Libération, on apprend que le secrétaire d'Etat s'apprête à porter plainte contre France3 Centre. Impossible de savoir le contenu de cette vidéo, l'homme politique a obtenu avec l'aide de son avocat son retrait du site internet. La rédaction de France3 Centre affirme que Monsieur Novelli porterait plainte pour diffamation. Au premier bord, une diffamation seulement pour avoir rappelé le passé à l'extrême droite d'un membre du gouvernement semble ô combien exagéré. D'ailleurs, et à en juger de ces seuls éléments, il semble improbable que le secrétaire d'Etat puisse gagner un procès sur ce seul grief.

Mais Hervé Novelli aura réussi une chose : censurer un média. Mais l'on peut espèrer que cette information se diffusera, et montrera au maximum de personnes le peu de respect que Monsieur Novelli porte à la liberté de la presse.

EDIT : vous pouvez visionner la vidéo sur Dailymotion. On voit mal où se situe la diffamation ....

Libellés : , ,

20 mars 2009

élections européennes 2009 : à l'UMP, on se déchire aussi (en silence)

Partager
Cette note arrive en reflet parfait d'une note quasi-semblable sur les déchirements internes au Parti Socialiste pour les investitures européennes. Si je me suis gausser de cette incapacité du PS à se mettre en ordre de bataille pour le scrutin européen, aucune raison que je ne le fasse pas également pour l'UMP.

Car le parti majoritaire se déchire, à la différence du parti de Martine Aubry les guerres internes se font dans le silence et les cadavres tombent discrètement sur les moquettes rouges des couloirs des Palais de la République. Mais si preuve doit en être trouvée de cette incapacité pour Xavier Bertrand (le patron du parti sarkozyste) de constituer les listes, celle du report du meeting de lancement en est énorme. Prévu le 27 Mars, ce rassemblement ne devrait pas avoir lieu avant la mi-avril. D'ici là, ensemble tout est possible.

Si les têtes de liste sont connues et ne devraient pas évoluer (Michel Barnier et Rachida Dati pour la région Ile-de-France, Joseph Daul pour la région, Dominique Riquet pour la région Nord – Ouest, Dominique Baudis pour la région Sud-ouest, Françoise Grossetête pour la région Sud-Est, Jean-Pierre Audy pour la région Centre, Christophe Béchu pour la région Ouest, Maurice Ponga et Marie-Luce Penchard pour les régions), les places suivantes - et principalement celles éligibles bien évidemment - sont fortement convoitées.

Toutes les tractactions et tous les coups bas sont désormais autorisés pour dégommer un concurrent potentiel. Et ils sont bien virulents surtout dans les Sud-Ouest et Ile-de-France. Rien que dans la région Ile-De-France, personnes sont pressenties (ou auto-proclamées croyant avoir plus de chances) pour occuper la troisième place derrière le tandem Barnier-Dati : Jean-Marie Cavada (soutenu par le Nouveau Centre) ou bien Eric Berdoati ou Christian Dupuy ou Philippe Juvin et j'en oublie ... Pour la quatrième place (une femme en raison des listes chabada), se bousculent au portillon Christine de Veyrac (avec le soutien de Valéry Giscard d'Estaing), Véronique Bensaid (une protégée d'Eric Besson), Nadine Bellurot (une amie de Rachida Dati) et aussi Constance Legrip (une proche conseillère de Nicolas Sarkozy) o encore Valérie Hoffenber, Isabelle Balkany, Nicole Guedj ou Marie-Cécile Ménard ...

Autant dire que les places sont chères et les prétendants bien trop nombreux. Le problème de l'ouverture chère au Président de la République s'affirme aujourd'hui avec tous les félons qui réclament des places pour leurs proches ou amis.

Une lueur d'espoir persiste cependant : aucun des partis politiques ne semble véritablement vouloir se mettre activement en campagne. Les élections européennes n'intéressent que bien peu les appareils politiques, et encore moins les médias. Et ne parlons pas des électeurs. Seul intérêt pour les policiens : les places à prendre. Alors l'UMP peut se permettre de retarder le début de sa campagne, personne ne prendra trop de place médiatiquement durant ce laps de temps.

A lire ou relire à propos des élections européennes de Juin 2009 :
- élections européennes 2009 : le buzz commence
- élections européennes 2009 : au PS, on se déchire, encore et encore ...
- élections européennes 2009 : 1 député européen sur 10 est blogueur !
- élections européennes 2009 : le MoDem dévoile ses têtes de liste
- élections européennes 2009 : TH!NK ABOUT IT ! (or not)
- élections européennes 2009 : le MoDem et les candidats à la candidature
- élections européennes 2009 : une vraie diplomatie en Europe ?
- élections européennes 2009 : être candidat du MoDem, et la modernité bordel ?
- élections européennes 2009 : comment gagner le scrutin ?
- élections européennes 2009 : une Europe très nationaliste
- élections européennes 2009 : le MoDem se prépare
- élections européennes 2009 : les députés européens du MoDem
- élections européennes 2009 : la place de l'Europe dans les médias
- élections européennes 2009 : quelle Europe de la défense ?
- élections européennes 2009 : on fait quoi ?

Libellés : , , , , , , ,

19 mars 2009

communication politique : DailyMotion contre Nathalie Kosciusko-Morizet

Partager
Très intéressants les échanges de douceurs entre DailyMotion et la secrétaire d'Etat à l'Economie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet. Résumé. Le Figaro publie la lettre adressée à NKM par deux des patrons de la plate-forme de partage de vidéos, Martin Rogard (directeur France) et Guiseppe di Martino (directeur juridique). Dans cette lettre, ils regrettent notamment que Nathalie Kosciusko-Morizet laisse prospérer un "courant de pensée anti-Internet" mais aussi que "parmi les 1000 mesures du plan de relance gouvernementale, une seule concerne les nouvelles technologies".

Sur le fond, les deux entrepreneurs du web se positionnent assez justement, reflétant certaines des questions que beaucoup des patrons du web (mais aussi des internautes) peuvent se poser. Dailymotion fait du lobbying, la société a bien raison, et Martin Rogard est très certainement allé à bonne école avec Pascal Rogard (une note, deux notes, trois notes à son sujet), son père. On pourrait s'amuser des divergences de positionnement politique en tant que lobbyiste du père et du fils, le père étant l'un des plus puissants hommes de l'ombre du cinéma français. Mais revenons à l'aspect communication. Sur la forme, nous pourrons nous étonner de la parution de cette lettre dans Le Figaro : une fuite bien orchestrée avec l'autorisation de Dailymotion pour donner de l'ampleur à leur coup de gueule, ou une fuite interne du ministère de NKM ? Le support en tout cas paraît bien "vieillot", le site internet d'un média bien conventionnel, Le Figaro.

Nathalie Kosciusko-Morizet décide de prendre sa plume la plus acidulée et marque un point fort en répondant sur son profil Facebook. Un article court et direct. Très malin : un média libre, plus "détendu" qu'un journal ou autre support papier, télévisuel ou audiovisuel. L'article fait forcément du bruit : plus de 100 personnes ont cliqué le désormais fameux "j'aime" de Facebook, plus de 60 commentaires à cet article. Un bon buzz sur Facebook. La secrétaire d'Etat à l'économie numérique sait utiliser les médias, et prouve par ce biais son intérêt pour le numérique. De la très bonne communication politique quant au support utilisé.

Sur le fond, on ne peut que regretter que ses propos ne soient pas à la hauteur. Nathalie Kosciusko-Morizet ne répond absolument pas aux questions (ô combien importantes pour son poste) du duo di Martino-Rogard. Uniquement des petits coups bas, une attaque personnelle en dessous de la ceinture, pas vraiment à la hauteur de son statut de Secrétaire d'Etat. Par exemple lorsqu'elle écrit : "
Martin prétend avoir envoyé cette lettre depuis 6 semaines (15jours à peine!), se plaint de ne pas avoir eu de réponse (alors que la lettre se contentait de demander un contact qu'il avait déjà!), et dit qu'il a été mal reçu à mon cabinet (crédible à mort: il connaît le conseiller auprès avec lequel il a été au cabinet, les conseillers techniques, la conseillère parlementaire, et a été invité à diner avant même que je sois nommée à l'économie numérique, alors que j'étais encore à l'écologie; Il faut des couverts en or pour recevoir Martin Rogard?)". Petit. Presque médiocre. Des querelles d'initiés dont on se passerait bien.

Conclusion. Dailymotion - NKM : 1 à 1. 1 point pour Dailymotion et le fond de la problématique que l'entreprise soulève, 1 point pour la communication politique et l'utilisation des nouveaux médias pour Nathalie Kosciusko-Morizet. On aurait apprécier un 2 partout.

Libellés : , ,

17 mars 2009

Le Pen = Cohn-Bendit + Bové + Hulot

Partager
Ce dimanche se tenait deux meetings : le lancement des campagnes pour les élections européennes pour le Front National à Arras, celui d'Europe-Ecologie à Paris. Europe-Ecologie, c'est le rassemblement des Verts autour de la personne de Daniel Cohn-Bendit, accompagnés des amis de José Bové et de ceux de Nicolas Hulot. Ne manque plus que Yann Arthus-Bertrand et Europe-Ecologie rassemblerait tout ce que la télévision française aime comme bons clients avec une once de green dans chaque phrase.

Amusant donc : d'un côté Jean-Marie Le Pen et son parti, occulté par les médias et tant détesté par l'establishment. De l'autre, tout ce que la bienpensance parisienne aime à soutenir et couvrir de projecteurs. D'un côté, un millier de participants pour soutenir la campagne du Front National. De l'autre, à peine 800 personnes pour le lancement d'Europe-Écologie. Une star cathodique colorisée sur TF1, une star des coquelicots du Larzac et une star du so chic Saint Germain des Prés n'arrivent pas à détrôner le vieux dinosaure star des prolétaires. Étonnant, non ?

Libellés : , , ,

15 mars 2009

élections européennes 2009 : le buzz commence

Partager
Dans moins de trois mois, le 7 Juin 2009 en France, les citoyens européens éliront le nouveau Parlement Européen. Moins de trois mois, et pourtant les médias s'intéressent encore bien peu à ce scrutin. Sur les blogs également. Mais ne désespérons point, le sujet commence à émerger.

Le graphique ci-dessous montre le bruit médiatique de la requête "élections européennes" sur les blogs. Un léger sursaut depuis environ un mois, mais rien d'encore très visible. Les notes de blogs sur cette thématique se compte seulement à quelques centaines par jour. 5320 notes de blogs au cours de la dernière semaine selon blogsearch. Contre plus de 16000 pour l'occurrence "Nicolas Sarkozy". Rien de bien étonnant certes, mais toujours un peu désespérant.

L'on peut imaginer et espérer que le "buzz" va aller en s'accentuant jusqu'au jour du scrutin. Cependant, au regard de ce que font les partis politiques, c'est-à-dire presque rien, pour leur campagnes européennes, l'on peut imaginer que les élections européennes, une fois de plus, se feront remarquer par une très forte abstention.



A lire ou relire à propos des élections européennes de Juin 2009 :
- élections européennes 2009 : au PS, on se déchire, encore et encore ...
- élections européennes 2009 : 1 député européen sur 10 est blogueur !
- élections européennes 2009 : le MoDem dévoile ses têtes de liste
- élections européennes 2009 : TH!NK ABOUT IT ! (or not)
- élections européennes 2009 : le MoDem et les candidats à la candidature
- élections européennes 2009 : une vraie diplomatie en Europe ?
- élections européennes 2009 : être candidat du MoDem, et la modernité bordel ?
- élections européennes 2009 : comment gagner le scrutin ?
- élections européennes 2009 : une Europe très nationaliste
- élections européennes 2009 : le MoDem se prépare
- élections européennes 2009 : les députés européens du MoDem
- élections européennes 2009 : la place de l'Europe dans les médias
- élections européennes 2009 : quelle Europe de la défense ?
- élections européennes 2009 : on fait quoi ?

Libellés : , , , , , ,

14 mars 2009

Le logo du Pôle Emploi aura coûté 30 années de SMIC

Partager
500 000 euros le logo, voila qui est cher payé. 500 000 euros, le prix de ce logo pour le pôle emploi, le nouvel organisme regroupant l'ANPE et l'ASSEDIC.

La société Nomen, dirigée par le tandem Marcel Botton et Laurence Evrard, peut se frotter les mains. Et remercier au passage l'Etat Français, le secrétaire d'Etat à l'emploi Laurent Wauquiez et probablement Eric Woerth le ministre du Budget, qui ont certainement du laisser passer cette facture au prix ô combien incompréhensible.

Incompréhensible pour un organisme public, et d'autant plus en période de crise économique, ; incompréhensible au regard du travail effectué, le résultat étant d'une qualité plus que médiocre et d'une laideur (subjective) digne d'un mauvais étudiant d'une mauvaise école de graphisme.

500000 euros représentent 360 mois de SMIC. Alors que le gouvernement, et notre Président de la République affirment sur le papier vouloir réduire les dépenses publiques, la somme représente symboliquement une belle boulette. Si l'on ajoute que Christian Charpy, le nouveau directeur général du Pôle Emploi (anciennement directeur général de l'ANPE) a vu sa rémunération annuelle être augmentée de 20% passant de 230 à 275000 € bruts, l'on peut dire que le tout nouveau Pôle Emploi semble pouvoir trouver de l'argent (public) quand il veut ...

Une idée pour Nicolas Sarkozy s'il désire rattraper le coup : exiger à l'agence Nomen le remboursement des 500000 euros, et lancer un concours auprès de l'ensemble des graphistes inscrits aux Assedic (excusez ... au pôle emploi) , le graphiste chômeur remportant le concours empoche un chèque de 50000 euros : dix fois moins cher, très certainement dix fois plus intéressant d'un point de vue graphique, et un joli coup de communication comme les aime notre bling-bling président.

Libellés : , , ,

12 mars 2009

Les pirates, en prison !

Partager
Titre volontairement excessif (mais pas insignifiant). La loi Hadopi actuellement en discussion à l'Assemblée Nationale, les effrois des blogueurs et autres internautes bruissent de toute part. Sans moi. Je ne dirai pas que cette loi est formidable, mais je comprends la volonté de sanctionner le téléchargement illégal.

Parce que le téléchargement serait entré dans les moeurs, que la majorité des Français aurait déjà téléchargé au moins une fois dans leur vie, il faudrait rendre légal le téléchargement. Oui, moi-même, j'ai pêché, je l'admets. Mais comme sur une autoroute à 140 km heure, j'étais conscient d'être illégal. Et j'assumais ce délit.

Au non de quoi une création, une oeuvre donc devrait-il être gratuit ? Car ces produits seraient dématérialisables (musiques, films, logiciels, jeux vidéos, livres), ils devraient être gratuits ? Derrière une création ou une oeuvre il y a du travail, et donc un travailleur qui mérite salaire. Et à lui, et lui seul, de choisir si son bien, son travail, il désire le faire payer et à quel prix. Sinon, pourquoi tout brevet ne serait-il pas légalement plagiable ? A quelques exceptions prêt - je pense notamment à ce qui ressort de l'intérêt général ou des besoins primaires (médecine, alimentation principalement) - je défends fermement les droits d'auteur.

Parce que l'on touche ici à la culture, et parce que la culture finalement dans l'inconscient collectif "ce n'est pas sérieux", les consommateurs de culture pensent bien souvent que la culture devrait être gratuite (mais bien souvent pour eux, et parfois pas pour les autres). Mais que penseraient-ils si les travaux de chercheurs, ceux d'ingénieurs, toutes les heures passées par les personnes exerçant une activité "intellectuelle" se retrouvaient gratuites ? Après tout, vivons dans la société de la gratuité, du tout-accès libre.

Je ne dis pas que le projet de loi « Création et Internet » (le joli nom de Hadopi) est parfait. Au contraire : un manque de concertation avec les véritables acteurs du métier, une déconnexion par rapport à la réalité aussi (alors que le streaming sera probablement l'avenir, et non le téléchargement), des problèmes techniques non-négligeables (comment couper uniquement la connexion internet à des personnes bénéficiant de l'offre triplée internet+téléphone+télévision ?), une traçabilité laissant à désirer (si j'utilise le wifi gratuit de mon voisin ou du Mac Donald).

Je m'interroge seulement sur la finalité. A celles et ceux qui protestent, qui dressent leur étendard de la fierté d'être pirates, à ceux-là qui veulent reproduire le blackout du net comme en Nouvelle-Zélande (alors que la comparaison est bien hasardeuse), ont-ils seulement compris que la gratuité, le libre-accès aux oeuvres culturelles pourraient entraîner la disparition justement de ces artistes ? A moins qu'ils ne souhaitent une rémunération fixe des créateurs par l'Etat. Que vive le Kultur Soviet !

Libellés : ,

08 mars 2009

Sexe, drogue et communication politique

Partager
Hier soir, je revoyais en DVD le film de Mike Nichols, Primary Colors. Dans ce film, John Travolta incarne un gouverneur démocrate américain, Jack Stanton, candidat aux élections présidentielles américaines. L'histoire se rapproche énormément de l'accession au pouvoir de Bill Clinton : Emma Thompson, l'épouse dans le film rappelle trait pour trait Hillary Clinton. L'un des maîtres en communication politique, George Stephanopoulos est joué par Adrian Lester comme directeur de campagne. L'extraordinaire Kathy Bates incarne un rôle de conseillère occulte lesbienne, conscience politique du couple, chargée de résoudre les affaires sales.

A un moment de la campagne, le second candidat démocrate de la campagne interne fait un arrêt cardiaque, et il est remplacé par le candidat Fred Picker (interprété par Larry Hagman). Ce dernier devient le chouchou des médias, faisant sa campagne sur l'honnêteté et se plaçant sur un terrain de non-agression vis-à-vis de son adversaire.

Liddy (Kathy Bates) est chargée par le couple Stanton de chercher dans le passé du candidat Picker les raisons pour lesquels Picker avait décidé de se retirer de la vie politique. Liddy découvre rapidement le passé noir de Picker : l'hétérosexuel père de famille a en effet eu des liaisons homosexuelles, ajouter à cela une addiction à la cocaïne, et le cocktail promet d'être tonitruant.

Liddy, toujours idéaliste qu'elle est, prête à sortir de la merde son ami Stanton mais pas prête à détruire un adversaire de cette manière. La drogue et le sexe, deux tabous aux Etats-Unis, l'assurance de perdre toute crédibilité, un lynchage évident. Mais la drogue et le sexe sont avant tout des histoires personnelles, et dans ce cas présent un passé ne nuisant pas à l'intégrité morale du candidat.

Je vous laisserai voir la suite du film et l'utilisation qui est faite de cette investigation. Mais extrapolons. En France, un homme politique qui aurait eu de gros problèmes d'addiction à la cocaïne , ou à une autre drogue,
(preuves et témoignages à l'appui) serait-il attaqué par ses concurrents ? En France, le fait qu'un candidat marié ayant eu des relations extra-conjugales avec une personne du même sexe serait-il utilisé par les équipes adverses ?

Je me suis posé la question : si jamais je venais à travailler pour un candidat aux élections présidentielles françaises, que ferais-je de ces informations ? Ne pourrait-on imaginer qu'elles seraient de toute façon utilisées par un autre candidat, ou par un journaliste un peu curieux, ou encore par un revenant du passé voulant régler ses comptes ?

Cruel dilemme : ne pas taper en dessous la ceinture, ne pas utiliser les sombres histoires personnelles, et garder son intégrité morale. Même pour une élection au poste suprême ?

Libellés : , , ,

07 mars 2009

Communication politique : le MoDem se perd sur le net

Partager
Si les partis politiques français dans leur ensemble (ou presque) ont compris que la communication politique passait également par le web, il s'avère que la logique se trouve mise parfois à rude épreuve. Quitte à critiquer ce qui se fait en la matière, autant commencer par son propre parti, en l'occurrence celui dans lequel je suis (encore) encarté : le Mouvement Démocrate.

Le MoDem, quand il n'était encore que l'UDF au moment de la campagne des élections présidentielles de 2007, a surement été l'un des partis les plus technophiles durant cette période. Avec les Désirs d'Avenir de Ségolène Royal, les équipes de François Bayrou se faisait remarquer par leurs excellentes présences sur le web.

Depuis, diverses stratégies de communication ont été mises en place au Mouvement Démocrate. Diverses et variées, mais très certainement trop nombreuses. Et pas forcément réfléchies les unes avec les autres. Inventaire.

- www.mouvementdemocrate.fr, le site officiel du parti de François Bayrou. Un classique, le premier lien des internautes, militants ou non, avec un parti politique. On y trouve des informations, mais malheureusement quasiment que des copier-coller de déclarations de presse des dirigeants du MoDem. Il est le premier point de contact pour les nouveaux militants et les curieux, pour les adversaires aussi. On regrettera certainement de pas y trouver assez de fond directement accessible. On s'amusera également de l'omniprésence de François Bayrou en home page. On appréciera l'accessibilité et la richesse des informations (une fois qu'on a pris l'effort de faire des recherches).

- www.lesdemocrates.fr, le média social du Mouvement Démocrate. Un très bel outil, développé par le très professionnel et humble Nicolas Voisin. Un excellent boulot, vraiment. Certes il reste quelques fonctionnalités techniques à développer et à améliorer, mais l'outil s'avère très performant. On regrettera pour le moment l'absence de véritables contenus et on pourra s'interroger sur le "qu'en fera-t-on" de toute cette intelligence collective qui risque d'en sortir. Les reproches que l'on peut faire à Ségolène Royal pourraient s'applique à ce média : à force de demander aux internautes leur avis sur tous les sujets, et que tous ces internautes vont penser avoir leur mot à dire, cette pratique risque de faire sombrer la politique dans la politique du sondage, ou politique quantitative, les dirigeants politiques approuvant et soutenant les idées majoritaires des Français.

- www.e-democrates.fr et www.forumdemocrate.fr, deux sites que je n'ai pas testés. Le premier se veut être une "plateforme dédiée aux internautes souhaitant participer au développement du Mouvement Démocrate", quant au second, je n'ai toujours pas véritablement compris son intérêt ultime, d'ailleurs la page à propos ne m'aide guère, étant celle par défaut de Wordpress. D'après Christophe Ginisty, le grand manitou de ce second projet, il s'agit "d'une plateforme conçue par des militants pour des militants, un outil d'une très grande simplicité et en même temps d'une très grande puissance afin de permettre aux gens de se rencontrer, de travailler ensemble et d'échanger dans un cadre très ergonomique". Soit. La différence entre les deux outils ? Pourquoi les avoir dissociés ?

- www.leseuropeens.fr, les blogs thématiques du MoDem en vue des élections européennes. Du fond, du fond et du fond. Des projets, des idées, un vrai programme. Là oui, de la réflexion en ébullition. Chapeau bas à toutes ces têtes bien remplies qui ont permis cette richesse. En revanche, pas sexy du tout cet outil centriste. Je crains que cela n'attire pas grand monde, à part les intellos de la bande comme dirait l'autre.

Je pourrais encore parler du compte Twitter du Mouvement Démocrate, qui se résume à un fil RSS du site du MoDem, qui rencontre un échec cuisant avec seulement 58 followers ... Je pourrais aussi écrire sur le site des commissions démocrates, l'outil pour faire plaisir à Corinne Lepage. Ou encore de la page Mouvement Démocrate sur Facebook, qui compte moins de 1000 fans alors que Facebook compte quelques 8 millions de Français inscrits. Existent aussi les redondants profils sur DailyMotion et sur YouTube. Je terminerai par le compte Flickr pour ne pas donner l'impression d'un catalogue des 3 Suisses.

Un catalogue La Redoute. Les technophiles du MoDem sont écoutés par le tandem de décision du parti, François Bayrou et Marielle de Sarnez. Ils ont intégré qu'internet serait l'un des principaux outils efficaces pour remporter des élections, pour diffuser des idées, pour connecter des militants et des citoyens, pour réduire les coûts de propagande.

Mais quelle est la stratégie ? Quelle est la logique ? Oui les points de contact sont multiples, le Mouvement Démocrate s'éparpille sur le web, mais attention à ne pas vouloir être exhaustif, cela serait impossible en terme de communication internet, quasiment un nouvel outil s'ouvrant chaque jour. Désormais l'enjeu principal du Mouvement Démocrate consistera à trouver un véritable grand gourou du web, une personne respectable et respecter, qui saura faire le ménage. Regrouper des outils, en supprimer certains, fusionner des plateformes totalement redondantes. Oui à une communication interne et une communication externe. Mais ne devrait-on justement pas songer à regrouper tout cela sur un même lieu, afin de mélanger tout ce petit monde. Les militants du MoDem n'auront pas de temps à perdre, à naviguer entre différents sites, à se répéter pour convaincre en interne, puis à faire passer leur message vers le grand public. La communication politique ne s'improvise pas, elle est devenue professionnelle, François Bayrou devra confier les clés à une seule et même personne, au risque d'en fruster plusieurs autres.

Libellés : , , , ,

05 mars 2009

Voici le SOS d'un blogueur en détresse

Partager
Mes chères lectrices, mes chers lecteurs, l'heure est grave. Voici les confidences d'un blogueur en perdition.

Ce blog ne ressemble plus à rien, des citations succèdes à des citations. Très peu de temps libre pour vous écrire. De très grosses journées d'un travail qui me plait énormément. Ajoutez à cela quelques ... enfin ... bref. Bref, mon blog se sent orphelin.

Mon blog est triste aussi. Imaginez-vous que wikio, le Dieu vénéré de tout blogueur égocentrique, me fait des misères. Quel camouflet que de perdre des places, de perdre de sa splendeur dans le Gault-Millau de la blogosphère. Mon blog hésite entre la cocaïne pour reprendre de la force de caractère ou sombrer dans la dépression digitale neuroleptique.

De plus mon blog est attaqué, une fois encore. Une lettre d'une gentille avocate qui me demande de rectifier une note. Demande accordée, sans toutefois me censurer, la plaignante ayant des arguments valides. Un blog attaqué, c'est devoir réfléchir à une possibilité de s'auto-censurer à l'écriture de chaque note. Quelles limites. Peut-on, doit-on, tout écrire ce qui circule dans les méandres de mes réflexions au risque de blesser ou de nuire à une personne. Car attaquer une personnalité (aussi inconnue soit-elle), c'est aussi prendre le risque de détruire un être humain.

Et souvenez-vous, depuis que j'ai rejoint le MoDem, je me suis transformé en bisounours parait-il. Alors il me faut songer à autrui, au bonheur de tous et de chacun, être ni rouge ni brun.

Alors nous nous morfondons, mon blog et moi-même. Ecrire plus pour retrouver de l'éclat ? Surfer sur chaque sujet d'une actualité riche à laquelle je me shoote chaque minute ? Ecrire sur les thématiques qui me tiennent à cœur, moins mais mieux ? Garder le ton provocateur et huitième degré qui est mon moi profond ? Ou devenir plus analytique et consensuel ?

Comme dirait ma grande prêtresse, j'ai nommé Macha Béranger, "
au bout du tunnel, il y a la lumière", alors éclairez-moi.

Libellés : ,

03 mars 2009

Citation politique du jour : perversité et grandeur

Partager
"La politique a sa source dans la perversité
plus que dans la grandeur de l’esprit humain"
Voltaire

Libellés :

02 mars 2009

Mensonges

Partager
"L'art est le plus beau des mensonges"
Claude Debussy

01 mars 2009

élections européennes 2009 : au PS, on se déchire, encore et encore ...

Partager
Au moment où nous aurions pu penser que Martine Aubry réussirait (enfin) à mettre en ordre de bataille son parti, suite à la présentation des candidats pour les élections européennes de Juin 2009, le Parti Socialiste nous prouve encore une fois que les batailles internes ont encore de beaux jours devant elles.

La Première Secrétaire du PS se réjouissait au moment de la conférence de presse, se félicitant d'avoir réussi à établir des listes satisfaisant tout le monde. Raté, les protestations n'auront tardé à se faire entendre, par voix de presse bien évidemment.

Tout d'abord Vincent Peillon,
tête de la liste socialiste dans le Sud-Est pour les élections européennes du 7 juin. Il déclare : "ce n'est pas un choix que j'ai fait. C'est un choix qui résulte des résultats du congrès" pour ajouter "c'est un choix fait par Martine Aubry, elle l'assume". Ambiance.

La liste de la région Sud-Est risque d'être un bon casse-tête pour le PS. Outre le mécontentement de Vincent Peillon (un proche de Ségolène Royal), d'autres protestations fusent. Bernard Soulage, proche de Bertrand Delanoë et eurodéputé sortant a refusé de figurer en 9ème position, et dénonce "le manque de concertation locale et la logique parisienne". Idem pour Thierry Philip, proche de Gérard Collomb, qui refuse la 3ème place de la liste socialiste.

Autre exemple, Safia Otokoré, une proche de Pierre Moscovici et vice-présidente PS de la région Bourgogne se retire de la liste européenne de la Région Est, dans laquelle on lui proposait la 9ème position. Dans cette région, Pierre Pribetich refuse égalemen sa 6ème place. Safia Otokoré critique le choix de la 3ème place attribuée à Aurélie Filippetti (une proche de Ségolène Royal) déjà députée de Moselle qui devra abandonner l’un de ses mandats si elle est élue députée européenne. Pierre Pribetich tape lui sur Arnaud Monetbourg affirmant "que la 4e place a été affectée à un autre illustre inconnu travaillant sur Lyon, pour plaire à Arnaud Montebourg".

Au Parti Socialiste, le masochisme semble vouloir devenir le programme principal. Tout le monde tape sur tout le monde. Et le parti renvoie l'image, une fois de plus, d'un parti déchiré, prêt à l'implosion. Les critiques fusent, les phrases assassines se multiplient, les clans se font et surtout se défont. Le vote par les militants pour approuver ou non ces listes risquent de médiatiser les guerres internes. En attendant, la France s'enlise dans la crise. Et le principal parti d'opposition prouve son mépris pour les vraies préoccupations des Français.


A lire ou relire à propos des élections européennes de Juin 2009 :
- élections européennes 2009 : 1 député européen sur 10 est blogueur !
- élections européennes 2009 : le MoDem dévoile ses têtes de liste
- élections européennes 2009 : TH!NK ABOUT IT ! (or not)
- élections européennes 2009 : le MoDem et les candidats à la candidature
- élections européennes 2009 : une vraie diplomatie en Europe ?
- élections européennes 2009 : être candidat du MoDem, et la modernité bordel ?
- élections européennes 2009 : comment gagner le scrutin ?
- élections européennes 2009 : une Europe très nationaliste
- élections européennes 2009 : le MoDem se prépare
- élections européennes 2009 : les députés européens du MoDem
- élections européennes 2009 : la place de l'Europe dans les médias
- élections européennes 2009 : quelle Europe de la défense ?
- élections européennes 2009 : on fait quoi ?

Libellés : , , , , ,