]]>

27 mars 2010

L'appel du 19 Juin de Dominique de Villepin

Partager
Dominique de Villepin a l'art du teasing. Une conférence de presse annoncée avant le second tour des régionales, les journalistes qui se pourlèchent à l'odeur du sang de Sarkozy quoi coulera dans les diatribes de l'ancien premier ministre. Et comme le relate Marianne2.fr, ça canarde : "effectivement tout y passe : les gardes à vue, l’identité nationale, la question sociale". Mais la grosse actu, c'était le lancement du nouveau parti de Dominique de Villepin. Et là, il faudra encore attendre, le 19 Juin. L'art du teasing : maintenir la pression, donner rendez-vous à une date fixée (et pas trop éloignée) pour maintenir une visibilité médiatique.

Après avoir plagié les méthodes de Jacques Chirac au salon de l'agriculture, Dominique de Villepin se drape de l'héritage gaulliste pour aller libérer la France de la tyrannie sarkozyste. Très malin et intéressant comme posture politique, mais un peu trop visible et vulgaire comme communication politique. Avec ses gros sabots, Dominique de Villepin joue à fond la carte de
MonGénéral . Son futur parti sera gaulliste ou ne sera pas. Le contenu et le contenant suintent du de Gaulle par tous les pores.

Dans les discours déjà, à en lire les propos de Brigitte Girardin, la fidèle parmi les fidèles, présidente du Club Villepin : "
Il s'agira d'un rassemblement qui dépasse les clivages politiques. Nous ne nous abriterons pas sous l'UMP, nous nous inscrivons dans une démarche gaulliste. Ce ne sera ni une machine anti-UMP ni antisarkozyste, mais un mouvement au service des Français".

Le pire certainement, la forme. Le 19 Juin. Évidemment la date a été soigneusement choisie : le lendemain, 70 ans plus tard, de l'appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle, celui qui appelle à la résistance pour finir Président de la République. Dominique de Villepin aurait pu annoncer la création de son parti le 18 Juin. Mais c'eut été certainement trop visible, trop ancré dans le passé. Avec le 19 Juin, le lendemain, il se place "le jour d'après", comme le nouveau de Gaulle. Un message subliminal : on parlera le soir du 18 au 20h des commémorations ; le lendemain arrivera le sauveur suprême. De quoi bénéficier d'une extraordinaire couverture médiatique, tout en réalisant un storytelling parfait. S'il n'était pas si évident.

Libellés : , ,

3 Commentaires:

Anonymous Le Volontaire dit ...

Peut-être vaut-il mieux que cela se voit bien, plutôt que de risquer de passer à côté ?
J'ai hâte de voir comment Debout la République va se comporter avec Villepin.

27 mars, 2010 15:41  
Anonymous Mirabelle dit ...

quelle imagination ! ouh !!! les copieurs !!!

28 mars, 2010 11:18  
Anonymous Pierre-Antoine dit ...

Je m'aventure peut-être, mais n'est-ce pas médiatico-médiatique, cet emballement ? On me dira, on a dit ça de Ségolène Royal et de François Bayrou, mais encore... les médias ont tiré à boulets de canon sur ces deux-là également (illuminés sans idée...).

Villepin Président ? Je n'y crois pas : il est trop déconnecté, la tête dans les nuages, je pense que c'est ainsi que les français vont le ressentir. Ce ne sont que des suppositions, des hypothèses, on verra. Encore faudrait-il qu'il ait des idées, notre époque va en avoir énormément besoin. Sceptique. Un nouveau Balladur ?

28 mars, 2010 17:20  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home