]]>

18 avril 2010

La simplicité ambitieuse en communication politique

Partager
Partout chez les conseillers en communication, on veut vendre du buzz, on se doit de proposer à ses "clients" des projets tous plus improbables les uns que les autres pour ne pas avoir l'air à côté de la plaque. Surfant sur les modes (les réseaux sociaux de militants, les lipdubs, les mini-films viraux), on se retrouve avec moult projets plus ou moins réussis, selon les moyens (financiers et humains) et la créativité des investigateurs du projet.

Une communication en suit une autre, et surtout on les oublie. Du temps, de l'argent, des personnes mobilisés pour au final ne rien en retenir, quelques semaines ou mois après. Ces opérations ne changent pas les élections, ne touche finalement que très peu le citoyen final, voire pas du tout une certaine frange de la population, principalement les plus âgés qui eux pourtant votent en masse. A l'exception des "bad buzz" qui eux se retrouvent dans les médias classiques, qui remontent jusqu'à la quasi-totalité de la population, mais que l'on oublie également très vite.

Dans maintenant deux ans, les Françaises et les Français se rendront dans les urnes pour choisir leur prochain Président de la République. Deux années pour être (ré-)élu, pour se positionner comme le ou la meilleur capable de représenter la France et ses habitants. Deux années pour construire un vrai projet, pour construire une image de présidentiable sérieux et populaire. Et ce ne sont pas les candidats qui manquent.

M'est venu une idée simple, et ambitieuse. Que j'offre à qui voudra. La création d'un site d'idées. Tellement simple que presque bête. Un appel à l'ensemble des citoyens. Un bouton "proposer votre idée" et deux cases principales : le constat, et l'idée. Des idées simples qui changent la vie d'une dizaine de personnes comme de millions. Tout le monde libre et non censuré (dans la limite de la diffamation etc). Chaque jour, l'équipe de l'homme politique derrière ce site sélectionne une idée : "l'idée du jour".

Une idée que l'on rapporte telle quelle. Avec seulement un chiffre : le coût de cette idée. Parfois zéro euro, parfois beaucoup plus cher. Pas de système de vote, mais une ouverture aux commentaires pour discuter et partager. Pas de vote, car il est de la responsabilité et du devoir d'un élu de choisir les idées qu'il veut porter, il est temps de changer les politiciens en hommes politiques. Chaque semaine, l'homme politique (ou l'un de ses soutiens) propose son idée. Une façon de créer le débat, de faire l'agenda médiatique.

A l'issue d'une année d'un tel projet, le candidat se retrouverait avec 365 idées sélectionnées et chiffrées. Plus des milliers d'autres idées en stock. Des milliers de contacts de personnes intéressées par la vie politique. De quoi bâtir un solide projet.

Un projet finalement peu onéreux. Quelques modérateurs et "sélectionneur d'idées" pré-sélectionnant une demi-douzaine d'idées par jour, un économiste capable de chiffrer chaque jour l'idée du jour. Et quelques milliers d'euros pour créer un tel site. Surtout une disponibilité du candidat, pour lire les idées, et choisir celles qui seront mises-en-avant.

Un projet simple et ambitieux, capable de montrer le visage d'un homme politique proche, altruiste et disponible. Un projet récupérable par n'importe quel candidat. Un projet de long-terme, comme preuve que "le plus important ce sont les idées".

Libellés : , , ,

3 Commentaires:

Blogger Nicolas dit ...

chiche !

20 avril, 2010 17:39  
Blogger jolb56 dit ...

Ok pour moi aussi. Concrètement on fait comment ?

21 avril, 2010 11:48  
Anonymous Wuzy66 dit ...

Bonne idée ! On commence quand ?

22 avril, 2010 08:30  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home