]]>

18 juin 2010

Une zone noire à Draguignan ?

Partager
Combien faut-il de morts dans une catastrophe naturelle pour que les pouvoirs publics jugent nécessaires de définir une zone noire ?

Souvenez-vous de Xynthia, cette tempête qui a provoqué des inondations entraînant la mort de 53 personnes à la fin du mois de Février. Emballement médiatique, tout ce que la France compte de pouvoirs publics directement ou indirectement concernés se déplaçant sur les lieux de la catastrophe, y allant de son discours et de ses propositions. Et au final, pour montrer que les actes suivent les maux, la définition de la désormais fameuse "zone noire" et plusieurs centaines d'habitations devenues inhabitables sous couvert d'expertises aussi rapides que donc suspectes. Peu importe la colère des locaux, la vox populi apprécie la force de réaction des pouvoirs publics.

A peine 4 mois après Xynthia, la météo s'en prend aujourd'hui à la région de Draguignan, une crue et des coulées de boue provoquant la mort de 25 personnes. A lire Le Monde, les raisons de cette catastrophe naturelle semblent assez simples à expliquer. Dans un premier temps, des explications météorologiques (les "épisodes cévenols") pour lesquelles se pencheront les conseillers des pouvoirs publics pour proposer à force de communications empathiques pour renforcer le système de surveillance des crues. Dans un second temps, des conditions aggravantes (nature des sols principalement) pour lesquelles il semble difficile de proposer des réponses.

Il en reste que le système Vigicrues a prouvé son inefficacité la plus totale. Alors, si on proposait, au nom du fameux principe de précaution, de définir des zones noires à Draguignan ? Après tout, il y a des pertes de vies humaines, soyons bêtes et méchants : si les pouvoirs publics ne trouvent de solutions autres que la mise en zone noire, pourquoi ne le feront-ils pas pour Draguignan ?

Observez le bruit médiatique. OK, on parle de ces inondations dans le Var, de ces morts toujours de trop. Mais on parle surtout de football ! On parle des 70 ans de l'Appel du 18 Juin ! Surtout n'effrayons pas le brave citoyen, pour une fois qu'il se détend médiatiquement de cette société anxiogène, surtout n'en rajoutons pas. Une crue et puis s'en va l'émotion. La réponse politique à une catastrophe naturelle est à géométrie médiatique variable. A quoi tient une zone noire : à un vide médiatique au moment donné, à quelques morts de plus.

Libellés : ,

6 Commentaires:

Anonymous Petit-Chose dit ...

Une petite erreur cependant: Le système vigicrue n'est pas inefficace du tout. C'est juste qu'il est inexistant dans le département du Var. Car le pouvoir politique est ainsi: il réagit aux évènements mais il ne les anticipe pas (et là il ne pouvait peut-être pas..).
Si tu regardes de plus près les régions concernées par les phénomènes cévenols plus réguliers mais tout aussi dévastateurs (te souviens tu des 30 morts du Gard par exemple en 2002?) le système Vigicrue est maintenant bien installée et tout à fait opérationnel. Les communes concernées ont d'ailleurs réalisées leur PPRI en fonction. Et les villages sont évacués en fonction des niveaux (2 fois depuis 2003 par exemple pour le mien). Ils réalisent aussi un devoir de mémoire en mettant un peu partout des échelles graduées avec le niveau d'eau atteint.
Après concernant les fameuses zones noires, elles existent un peu partout mais sont réévaluées à chaque crue. Car qu'on le veuille ou non, ces phénomènes météo sont quand même bien plus violents qu'auparavant.
Et certaines infrastructures nationales (lignes TGV par exemple, placées sur des digues plus hautes que certains clochers) n'améliorent pas l'écoulement des eaux.
Bien à toi.
(Bon ça doit se sentir, je suis impliqué dans les plans de prévention d'un village du Gard)

18 juin, 2010 09:18  
Anonymous Thomas dit ...

Habitant dans la région du var, et plus précisément Gonfaron pour mes parents, je connais assez bien les villes et villages alentours.
Assez pour te dire qu'au niveau géographique, Draguignan se trouve dans une "cuvette", c'est comme si toute l'eau n'avait pas d'autre issue que la ville de Draguignan. De plus, évacuations telles les ruisseaux ont tous étés busés, et ne peuvent donc en aucun cas supporter autant d'eau, que ce qu'il en est tombé ces derniers jours.
Dans le sud, il ne pleut presque jamais, mais chacun le sait, ces quelques jours de pluies sont très souvent de gros orages, et beaucoup d'eau déversée.
Je pense surtout qu'il faudrait revoir les systèmes d'évacuation d'eau.

18 juin, 2010 09:55  
Anonymous sağlık dit ...

Un très bel article. Merci aux contributeurs.

18 juin, 2010 13:26  
Blogger Luc Mandret dit ...

merci beaucoup pour vos apports sur le sujet, c'est très intéressant !

18 juin, 2010 13:46  
Anonymous communicationpolitik dit ...

Selon la loi, plus de 10 000 communes devraient mettre en place un Plan de Prévention des Risques Inondations (PPRI). Or, à ce jour, moins de 1000 communes en ont un. Quant aux services de prévision des crues, il sont en effet inexistants dans le Var. Cela peut paraître incroyable mais aucune mesure du niveau des cours d'eau n'est effectuée!

21 juin, 2010 12:39  
Blogger algevis dit ...

Un très bel article. Merci aux contributeurs.Saç Ekimi Öncesi Sonrası
Saç Ekimi Doktoru
Saç Ekim

09 juin, 2012 22:31  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home