]]>

13 juillet 2010

Les plateaux (de TV) ont un sens

Partager
Hier soir donc, Nicolas Sarkozy a passé les plats au journaliste David Pujadas à qui l'on avait transmis les questions auxquelles le Président de la République daignerait bien vouloir répondre. Le clan Sarkozy ce matin a découvert les chiffres d'audience : moins d'un téléspectateur sur trois a regardé Nicolas Sarkozy, moins d'un Français sur 10 a savouré le Sarkoshow. Nous pouvons cependant lui faire confiance, la Cour de l'Élysée saura rassurer le Petit Nicolas, déjà certains se sont étalés en flagorneries sur Twitter.

Sur le fond, l'analyse est plutôt simple : Sarkozy a été nul, un Sarkozy tendu et parano. Sur la forme, les allocutions présidentielles sont toujours passionnantes, notamment dans la mise en scène, un véritable spectacle. Comme disait celui qui allait chercher les stars du milieu pour mettre en valeur Mitterrand lors de chacune de ses prises de paroles télévisuelles, Jacques Pilhan : "le décor, la mise en scène sont tout aussi importants que le fond". Observons donc le plateau de l'interview d'hier soir.

Crédit photo : Présidence de la République - L. Blevennec


Déjà on a vu pour la première fois un Sarkozy grisonnant, un Sarkozy moins maquillé qu'à son habitude, les traits tirés, toutes cernes et rides en illumination. On se demande si le coiffeur du Chef de l'État n'a pas fait la teinture hebdomadaire de la coiffe présidentielle, où pire si une coloration "homme sage" a été appliquée pour montrer la nouvelle posture de Sarkozy.

Une nouvelle posture donc : être au-dessus des partis, au-dessus des polémiques. Un plateau trop sobre et parfaitement immaculé, pour montrer un Président clean. La simplicité pour véhiculer la transparence, sauf qu'à ne rien montrer du tout, on doute de la sincérité, on cherche ce qu'on a bien voulu cacher dans les placards pour faire le grand ménage. Inconsciemment faire une interview sans aucune paperasse, c'est montrer un Président sans ses dossiers : sans "les dossiers" comme affaires politico-financières, mais aussi sans "les dossiers" de celui qui est censé travailler pour la France. A double tranchant.

Une table sobre, des chaises simples, aucune décoration, aucune note, pas de chichis ni de fioritures : le Président s'est donc montré hier soir à nu, ce devait être le brief des conseillers en communication de Sarkozy. Et la terrasse s'est probablement imposée d'elle-même : faisons genre "Le Président reçoit sous sa pergola". Sauf que le plan de fin avec le luxe des jardins de l'Élysée rappelait le luxe de la fonction, et à chaque plan de coupe on s'attendait à voir surgir un majordome en livrée servir ces messieurs d'une tasse de thé raffiné.

En choisissant d'installer le Président de la République sur la terrasse de l'Élysée, les communicants du Château extirpait Nicolas Sarkozy de son bureau, le lieu du pouvoir et du travail, et donc symboliquement "hors" de l'Élysée. Presque un signe d'abandon des responsabilités, de vacances du pouvoir. Avec le son, en écoutant un Sarkozy récitant ses fiches invisibles tel un mauvais élève qui sait avoir mal appris sa leçon, on assistait au spectacle d'un comédien répétant sur une scène nue un rôle trop grand pour lui, incarnant un personnage sans ses attributs.

Libellés : , , , , ,

5 Commentaires:

Anonymous Anonyme dit ...

Tu n'as pas noté que sur la photo, les deux Pujadas et Sarkozy ont les pieds croisés. Beau message subliminal s'il en est.

13 juillet, 2010 17:39  
Anonymous Nicolas dit ...

Moi je note surtout que malgré la taille très basse des fauteuils, le petit David n'arrive pas à toucher les pieds alors que Sarko les a bien a plat. :-)))
Pour le reste, fine analyse, comme d'hab'.
J'ai trouvé Sarko très mauvais, il a balancé un nombre hallucinant de contre-vérités ("la France a le plus fort taux de chômage des jeunes" : et les Espagnols alors? "L'Allemagne a un bouclier fiscal" Faux, supprimé depuis 2006!, etc, etc...)

15 juillet, 2010 09:30  
Anonymous Philippe dit ...

C'est compliqué la politique quand on a rien à dire ...

18 juillet, 2010 21:08  
Anonymous 411 Lookup dit ...

comment tu peux rien a dire si tu fait de la politique?

30 juillet, 2010 02:04  
Anonymous Philippe dit ...

Bah tu t'appelles sarko !

31 juillet, 2010 07:07  

Enregistrer un commentaire

Liens pour ce post:

Créer un lien

<< Home