]]>

29 mars 2010

Le lundi, on lit (5)

Partager
"On connait l’admiration de Sarkozy pour Obama et la Maison Blanche, mais au point d’en recopier le site internet, c’est un peu décevant. Les équipes de communication internet n’ont-elles pas plus d’imagination ? Et quel message… ne peut-on donc pas faire mieux que les américains ?"
Elysee.fr est la reproduction de WhiteHouse.gov - Le Volontaire

"En clair dans un univers numérique plus concurrentiel ce qui distingue ARTE, ce n’est pas la qualité de ses programmes, mais son magnifique logo"
ARTE regardez la différence - Pascal Rogard

"On sent bien qu'aujourd'hui, il est plus chic d'approuver Stéphane Guillon qui, à mon avis, est tout sauf un humoriste que de défendre le pape Benoît XVI qui, depuis quelques semaines, n'en finit pas d'être une cible médiatique quasiment universelle"
Interdit de défendre le pape ! - Philippe Bilger

"Un journaliste n'est pas un juge. Je donne des éléments sur une affaire dont nous ne nous pouvons espérer avoir tous les éléments que lors du procès. Lorsque nous donnons des informations, nous le faisons avec un seul souci : leur véracité et leur exactitude. Quant à l'effet qu'elles produisent, si on ne peut l'ignorer, il ne devrait jamais dicter la décision de les communiquer ou non"
Polémique sur la mort d'un légionnaire à Djibouti : au delà des passions - Jean-Dominique Merchet

"I think I've always been interested in politics both French and American, but particularly Cambodian politics, and naturally the topic of the Khmer Rouge comes-up frequently. From a very young age, I knew my family was a family of refugees and that was when we lived in France. At the age of 10, when I moved to the US, I remember writing a letter to then President Ronald Reagan about the need to continue to fight communism"
Cambodia, Sophal Ear, Thinker - Tharum Bun

Previously : Le lundi, on lit (1), Le lundi, on lit (2), Le lundi, on lit (3), Le lundi, on lit (4).

Libellés : , , , ,

27 mars 2010

L'appel du 19 Juin de Dominique de Villepin

Partager
Dominique de Villepin a l'art du teasing. Une conférence de presse annoncée avant le second tour des régionales, les journalistes qui se pourlèchent à l'odeur du sang de Sarkozy quoi coulera dans les diatribes de l'ancien premier ministre. Et comme le relate Marianne2.fr, ça canarde : "effectivement tout y passe : les gardes à vue, l’identité nationale, la question sociale". Mais la grosse actu, c'était le lancement du nouveau parti de Dominique de Villepin. Et là, il faudra encore attendre, le 19 Juin. L'art du teasing : maintenir la pression, donner rendez-vous à une date fixée (et pas trop éloignée) pour maintenir une visibilité médiatique.

Après avoir plagié les méthodes de Jacques Chirac au salon de l'agriculture, Dominique de Villepin se drape de l'héritage gaulliste pour aller libérer la France de la tyrannie sarkozyste. Très malin et intéressant comme posture politique, mais un peu trop visible et vulgaire comme communication politique. Avec ses gros sabots, Dominique de Villepin joue à fond la carte de
MonGénéral . Son futur parti sera gaulliste ou ne sera pas. Le contenu et le contenant suintent du de Gaulle par tous les pores.

Dans les discours déjà, à en lire les propos de Brigitte Girardin, la fidèle parmi les fidèles, présidente du Club Villepin : "
Il s'agira d'un rassemblement qui dépasse les clivages politiques. Nous ne nous abriterons pas sous l'UMP, nous nous inscrivons dans une démarche gaulliste. Ce ne sera ni une machine anti-UMP ni antisarkozyste, mais un mouvement au service des Français".

Le pire certainement, la forme. Le 19 Juin. Évidemment la date a été soigneusement choisie : le lendemain, 70 ans plus tard, de l'appel du 18 juin 1940 du Général de Gaulle, celui qui appelle à la résistance pour finir Président de la République. Dominique de Villepin aurait pu annoncer la création de son parti le 18 Juin. Mais c'eut été certainement trop visible, trop ancré dans le passé. Avec le 19 Juin, le lendemain, il se place "le jour d'après", comme le nouveau de Gaulle. Un message subliminal : on parlera le soir du 18 au 20h des commémorations ; le lendemain arrivera le sauveur suprême. De quoi bénéficier d'une extraordinaire couverture médiatique, tout en réalisant un storytelling parfait. S'il n'était pas si évident.

Libellés : , ,

26 mars 2010

70% des Francais n'ont pas de pratique politique sur Internet

Partager
7 Français sur 10 n'utilisent pas du tout internet à des fins de pratique politique : ils ne signent pas de pétition en ligne, ils ne consultent pas les sites des partis politiques, ils ne commentent pas les blogs et les sites d'information qui parlent des actualités politique, ils ne vont pas sur les forums politiques, ils ne publient pas d'information à vocation politique sur les réseaux sociaux, etc ... Ce sont les résultats d'une enquête Temps Réels / TNS Sofres sur les usages sociaux et politiques du web. De quoi relativiser sur la réelle influence du web en politique ...
(merci à Greg)

Libellés : , , ,

25 mars 2010

Le vrai remaniement à venir

Partager
Peu importe le départ de Xavier Darcos, l'arrivée de François Baroin. Peu importe le remplacement de Martin Hirsch (d'ailleurs, personne ne semble chercher à savoir pourquoi il a souhaité partir : ouhouh les journalistes, on se réveille ?) par Marc-Philippe Daubresse. Le gros remaniement, on l'a répété, il arrivera après la réforme des retraites.

Mais le vrai remaniement, il passera doucement. On murmure dans les semaines à venir, d'autres disent pendant l'été par soucis de discrétion. Le vrai remaniement, ce sera celui des conseillers de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Une cinquantaine de technos et de crânes d'œufs qui font l'agenda médiatique, qui écrivent et qui travaillent jours et nuits, qui font et défont les réformes et les projets de lois.

On évoque le départ de Henri Guaino, de Jean-Michel Goudard ou encore de Catherine Pégard. D'autres noms circulent, des promotions, des ajustements, de nouvelles têtes qui arriveraient. Les conseillers de l'ombre de Nicolas Sarkozy sont vieillis, usés, fatigués. Il faut dire qu'ils font tout le boulot du gouvernement fantôme de François Fillon. Les vrais changements politiques, ils se verront à l'aune des mouvements dans le Palais.

Libellés : ,

22 mars 2010

Le lundi, on lit (4)

Partager
"Conclusion : le Front National est devenu, plus que le PS, un captateur de l’exaspération des couches les plus populaires, ce qui est particulièrement spectaculaire dans la Lorraine la plus durement frappée par la crise ou dans le Pas-de-Calais, où le Front National a fait mieux que l’UMP. Or, vu les mesures de rigueur qu’on pourra difficilement éviter, compte tenu de la situation réelle du pays, l’extrême droite dirigée non plus par un Jean-Marie Le Pen caricatural, mais par sa fille Marine, plus moderne et à la rhétorique anti-néolibérale plus marquée, ne peut que progresser"
Régionales: le coup de tonnerre lepéniste - Jean-François Kahn

"Demain, les Irlandais entendront enfin de vraies prises de position telle cette phrase qui sera scandée un peu partout au même moment : “les hommes d’Église coupables d’actes pédophiles devront en répondre devant Dieu mais aussi devant la Justice”"
Excuses du pape : la lettre de Benoît XVI à l’Irlande - Telling Stories

"Tous ceux qui à Washington, en Israël ou en Europe ont parié sur sa “faiblesse” ou l’ont comparé à Jimmy Carter vont devoir réviser leur jugement. Alors que sept de ses prédecesseurs n’y étaient pas parvenus, Barack Obama a réussi à faire passer au Congrès une réforme du système de santé. La leçon sera entendue à l’étranger, à Moscou à Jerusalem: Obama est tenace."
Obama: victoire II - Big Pictures de Corine Lesnes

"C’est aujourd’hui la Journée Mondiale de l’Eau. L’eau insalubre est la première cause de mortalité au monde. Chaque année, sa consommation engendre des maladies mortelles pour près de 8 millions d’hommes dont presque 1,8 millions d’enfants : choléra, typhoïde, malaria, diarrhées, trachome…"
Et si l’accès à l’eau potable était une priorité absolue ? - Nicolas Bordas

"Jean-Michel Tijerina, CEO and Founder of the Cambodia Project, insisted I must meet her. After an hour over coffee, I fully comprehended why. I was talking to the Cory Aquino or the Aung San Suu Kyi - of Cambodia. And given her courageous outspokenness, I am now very concerned for her safety. Cambodian Parliament Member Mu Sochua (Wiki) is headed back to Cambodia where she faces possible arrest and imprisonment. Yet she is headed back nonetheless."
Cambodian Parliament Member Mu Sochua Visits U.S., Speaks on Lack of Human Rights at Home - Go News Daily by Jim Luce


Previously : Le lundi, on lit (1), Le lundi, on lit (2), Le lundi, on lit (3).

Libellés : , ,

21 mars 2010

Le gouvernement sur iphone, ou l'hagiographie de François Fillon

Partager
Après avoir parlé de l'application iphone de Valérie Pécresse, de l'application iphone de Jean-François Copé, de l'application iphone de Jean-Pierre Chevènement et de l'application iphone de Christian Estrosi, je pense avoir fait l'inventaire de l'ensemble des applications iphone lancées par des hommes politiques français. Il me restait seulement, pour n'oublier aucune des utilisations du mobile en communication politique, à parler de l'application iphone du gouvernement.

Lancée par le SIG (Service d'Information du Gouvernement), l'application iphone du gouvernement est un joli copier-coller du site internet gouvernement.fr, le portail de François Fillon et de ses ministres.

Du grand classique donc : la composition du gouvernement, les actualités et le parcours de ses membres, les actualités gouvernementales, et les grands sujets en débat.

En revanche, les onglets sont bien trop nombreux, et l'information se trouve être bien souvent trop redondante. Entre les actualités et les dossiers par exemple. On retrouve également les mêmes infos dans les vidéos, les photos et les vidéos que dans le fil d'actualité du Premier Ministre. Tout cela n'est pas forcément très rationnalisé. Personnellement, j'aimerais avoir un accès plus thématique : politique française, étrangère, européenne, et par enjeu (emploi, éducation, justice, etc).

Un problème de mise-à-jour pour cette application iphone du gouvernement. Si Geoffrey La Rocca notait sur Elysée Inside : "Un agenda est mis à jour quotidiennement et vous pourrez retrouver", la réalité va à l'encontre de cette affirmation. Preuve en est par exemple avec l'agenda de Benoist Apparu (au hasard) qui en est resté à la date du 4 Mars. A moins que le secrétaire d'Etat chargé du Logement soit en vacances depuis plus de deux semaines ... A l'heure de la mobilité et de l'instantanéité, il faut également savoir investir dans des moyens humains pour alimenter au quotidien les jolis joujoux du gouvernement.

On appréciera la possibilité d'écrire à François Fillon, mais "rien ne permet toutefois d’indiquer qu’il vous lira directement !" comme le note avec ironie Alex sur le blog iphone. Cette fonctionnalité permet de constater que l'application iphone du gouvernement se révèle être bien avant tout un outil de communication politique du Premier Ministre, impossible d'écrire aux autres membres du gouvernement via cette application mobile.

Au global, l'application iphone du gouvernement ressemble plus à l'application iphone de François Fillon. Dans l'onglet "Salle de presse", l'ensemble de la première page (une dizaine d'actualité) ne parle que de François Fillon. Idem dans l'onglet "Vidéos". Idem dans l'onglet "Photos". Le gouvernement sur mobile, c'est l'omniprésence de Fillon.

Dans les outils de partage, on retrouve le classique de l'envoie par email ou le partage via Facebook. En revanche, on ne connait pas Twitter au SIG. La palme du grotesque revient sans conteste à l'onglet "Questions/Réponses", dans lequel on ne peut pas poser des questions. Un bel exemple de bonne conscience autoproclamée, en voulant jouer le dialogue sans en donner la possibilité. Et ne parlons pas de commentaires, trop risqué très probablement, il ne faut pas que le peuple s'exprime.


Mais quand le peuple veut s'exprimer, il trouve les moyens de le faire, comme en constate la capture d'écran sur l'AppStore où l'on peut télécharger l'application iphone du gouvernement. Un bon moyen pour le gouvernement de tester son impopularité. Et une bonne leçon : il faudra s'appliquer à développer le community management politique sur mobile.


Dans la même série :
- L'application iphone de Valérie Pécresse
- L'application iphone de Jean-François Copé
- L'application iphone de Jean-Pierre Chevènement
- L'application iphone de Christian Estrosi

Libellés : , , ,

18 mars 2010

La marque France

Partager
Voici les résultats d'une enquête sur la perception de la "marque France" par les Français. Si je trouve les résultats intéressants, je n'arrive pas à savoir qu'en penser, qu'en conclure, qu'en tirer. Alors, des remarques ou commentaires ? Et pour vous, la "marque France", c'est quoi ?

Libellés :

16 mars 2010

Le raccolage extrêmiste de l'UMP

Partager
«Quand vous votez Europe-Ecologie au 1er tour, vous n'êtes pas condamné à voter à gauche au second tour, si vous êtes électeur du Front national et que vous voulez à nouveau voter FN au second tour, vous permettez au parti socialiste de rester à la tête des régions» - Xavier Bertrand sur France 2, rapporté par Le Parisien.

Dans LyonMag, le même discours (Xavier Bertrand a bien révisé ces petites fiches, on retrouve parfaitement les mots-clés de ses Q&A) : "Je dis aussi très clairement aux électeurs du Front national du premier tour : voter Front National au second tour, c'est permettre au Parti socialiste de rester à la tête de cette région".

L'appel du pied est clair : l'UMP invite les électeurs du Front National à voter pour les candidats UMP au second tour des régionales. C'est intéressant, voir le parti sur lequel tout l'échiquier politique ne cesse de cracher être sollicité par le parti gouvernemental. Jean-Marie Le Pen, on le trucide d'un regard parce qu'il est le mal absolu un jour, le lendemain on fait un vulgaire clin d'œil à son électorat.

Les politiques adorent prendre les Français pour des veaux. D'un côté on combat (avec plus ou moins) de tremolo les idées du Vieux Borgne, de l'autre on va à la pêche aux citoyens ayant voté pour lui. C'est penser que les Français ne voteraient pas par conviction. Ou, et, c'est avouer que le programme de l'UMP et du FN, selon Xavier Bertrand, seraient finalement assez proches pour pouvoir intéresser les électeurs frontistes.

J'aimerais qu'un journaliste interroge Xavier Bertrand du "projet" (ils parlent tous, toujours, de projet), des idées sur lesquelles il espère séduire les électeurs du Front National. Ne rêvons pas. Et de toute évidence, la réponse du patron de l'UMP ressemblerait à "les voix des citoyens n'appartiennent à aucun parti politique, voter pour le Front National c'est permettre au PS de rester à la tête des régions". Et que vive la lolpolitique.

Libellés : , , , ,

15 mars 2010

Le lundi, on lit (3)

Partager
"Bienvenue dans l'univers du "Medef 2.0". 24 heures après avoir été déboutée en appel de sa plainte en diffamation contre Daniel Dewavrin, Laurence Parisot a repris jeudi la main en lançant un blog intitulé "Laurence Parisot, l'entreprise c'est vous". (...) Bonne chance en tout cas, chère Laurence, dans cette nouvelle aventure passionnante qu'est celle d'animer un blog. Et surtout que le débat, notamment sur l'avenir du patronat et celui du dialogue social, vive"
Medef : la campagne enfin lancée - Marc Landré, Les dessous du social

"Cela m'amuse (un peu tristement) de voir tout ces Guignols qui se jetent à la figure des petites phrases assassines, avant d'aller boire une coupe de champagne ensemble en coulisses et partir en se disant "à la prochaine fois". Qui a gagné, qui a perdu ? On se le demande, vu que quelque soit le résultat, ce sont les mêmes que l'on retrouvera la fois d'après sur les plateaux !"
Soirée électorale - Authueil

"Qu'est-ce qui nous dit que le grand gagnant de l'abstentionnisme de ce soir, ne fut pas en réalité le mouvement écologique,dont les affidés sont tellement sûrs de leur bon droit, tellement bardés de certitudes, convaincus d'être et sans discussion possible, le bien, le mieux, le bon de ta planète, son avenir et sa sauvegarde... qu'ils ne sauraient jamais, eux, se tromper, renoncer, ou s'abstenir?"
Splendeur et misères des vilains abstentionnistes - Monsieur Resse

"Most perpetrators of sexual violence never face trial in Cambodian courts, and victims – particularly the poor – are routinely denied access to legal and medical services, according to a report released Monday by international human rights group Amnesty International"
Injustice for victims of rape - The Phnom Penh Post

Previously : Le lundi, on lit (1), Le lundi, on lit (2).

Libellés : , ,

13 mars 2010

La médiocrité des politiques et des médias

Partager

Article rédigé pour L'Express.fr.

Jeudi soir sur TF1, un grand moment de politique: TF1 s'est apposé une bonne conscience de participation dans la campagne des élections régionales (ici pour voir la vidéo). Martine Aubry et Xavier Bertrand en face-à-face sur le plateau du 20 heures de Laurence Ferrari. Vingt minutes de débats. Vingt minutes d'ébats stériles sur la forme et sur le fond des patrons des deux principaux partis politiques français.

Dans les titres de la grand-messe de la première chaine, il y avait au menu et dans l'ordre: "Grève dans les crèches", "Racket à l'université", "Jugement anti-éoliennes" et enfin "Le débat des régionales". Intéressant rien que dans les titres – ceux de TF1 – on constate que seul le dernier, sur les régionales, est accompagné d'un article défini. Avec un peu mais pas trop de mauvaise foi on constate que TF1 assume de n'avoir organisé qu'un et un seul, "le", débat des régionales.

Les sondages annoncent une faible mobilisation lors du scrutin de dimanche (moi-même je ne me déplacerai pas au bureau de vote au premier tour), et pour justifier l'abstention les politiques aiment jeter la pierre sur les médias, et les médias sur les politiques. L'institut CSA démontre même que le "temps accordé dans les médias à la campagne des régionales est le plus faible depuis 1986, date du lancement de ce baromètre."

Mais en voyant hier soir Aubry et Bertrand sur le plateau de TF1, il faut avouer que les deux ne font rien pour encourager les citoyens à se déplacer. Nous avons pu assister à un déballage de petites vacheries, une haine évidente entre les deux protagonistes qui jouaient leur vie pour avoir le dernier mot. Une lutte puérile à coup de chiffres lancés par l'un aussitôt contredits par les chiffres de l'autre, et inversement.

Pour en finir par les deux qui prennent Laurence Ferrari (et les journalistes en général) à partie pour qu'elle rétablisse la vérité chiffrée. Comme si la femme tronc de TF1 allait se plonger dans un dossier ... Comme si TF1 ce soir allait éplucher l'ensemble des chiffres jetés à la gueule du téléspectateur pour rétablir le vrai du faux. On aimerait.

Et pendant ce temps, notre "Président qui ne fait pas campagne" accorde une interview au Figaro Magazine. Un Figaro Magazine étrangement en kiosque ce vendredi alors que chaque autre numéro de cet hebdomadaire paraît le samedi tout le reste de l'année. Ah oui, car il est interdit à partir de ce soir minuit de "diffuser ou de faire diffuser par tout moyen de communication au public par voie électronique tout message ayant le caractère de propagande électorale". Le même Sarkozy qui annonçait que "ce n'était pas la place d'un président de la République" que de s'impliquer dans le scrutin régionales. Ou quand les médias et les politiques, dont le premier d'entre eux, prennent les Français pour des veaux. CQFD. Et que vive l'abstention!

Libellés : , , , , , ,

12 mars 2010

Dimanche, on vote (ou pas)

Partager
Il y a un mois, j'expliquais mon choix de voter pour Jean-Paul Huchon au second tour des régionales, mais aussi et surtout mon désarroi face à cette (non) campagne.

Depuis, rien n'a changé (ou presque), c'est donc décidé : dimanche je resterai chez moi.

Libellés : ,

10 mars 2010

Rupture Sarkozy Bruni : ma théorie du complot

Partager
Depuis quelques jours sur "le net" on peut lire deci-delà des rumeurs de séparation entre Carla Bruni et Nicolas Sarkozy. Depuis quelques semaines, on jase dans les "rédactions parisiennes" des infidélités du couple présidentiel. La belle serait partie avec le chanteur Benjamin Biolay, la bête avec sa ministre Chantal Jouanno (ou l'inverse). Le JDD (auto-)censure un article sur le sujet, d'autres s'en amusent avec talent ou publient même les photos des infidélités.

Personne n'est dans la chambre conjugale du couple présidentiel. Donc personne n'en sait rien, sauf si l'un des deux s'en est empêché auprès de tierces personnes. A moins que les éventuels couples infidèles se répandent dans Tout Paris de leurs ébats extra-conjugaux.

Théorie du complot. Je ne peux m'en empêcher : à qui profite le crime ? Dans quelques jours les élections régionales, la droite risque très probablement de se prendre une branlée. Nicolas Sarkozy est au plus bas dans les sondages, les Français le rejette. Avec un petit coup de martyrisation à la sauce Royal, il y aurait de quoi s'envoyer en l'air dans les sondages. Deux axes évidents, que la rumeur soit vraie ou fausse : le "leave me alone" de Sarkozy auquel on ne laisse aucun répit sur sa vie privée, le "internet est méchant" colporteur de plein de rumeurs et d'ailleurs Hadopi et Loppsi c'est trop génial.

Le second discours est déjà amené sur le terrain médiatique par Jean-Michel Aphatie sur son blog, en parlant d'une rumeur dont il ne parle pas, tout en laissant dans les commentaires les internautes s'exprimer ouvertement sur les protagonistes qui partagent des liens vers la presse étrangère. Aphatie devrait également lire Arrêt sur images où Gilles Klein démontre très bien que la rumeur est née sur internet grâce ... aux journalistes !

La théorie du complot vient quand on suppose un homme d'influence, comme peut l'être Nicolas Sarkozy, d'être prêt à tout pour le pouvoir, pour redorer son égo terné. Le Président de la République véhicule une telle image, qu'avec lui on peut imaginer que tout devient possible.

Libellés : , , ,

09 mars 2010

Du community management politique

Partager
Oui je suis une midinette. Comme nombre de blogueurs, j'ai mon égo et j'apprécie lorsque mes notes sont lues, reprises et commentées. Ça, c'est dit.

En publiant hier soir ma note sur l'application iphone de Valérie Pécresse, je ne m'attendais pas à lire un commentaire de l'équipe de campagne de la candidate UMP aux régionales en Ile-de-France. Des visites de ses équipes de communication le lendemain, assurément. Mais une réponse en moins d'une heure après 23h, je suis épaté.

Cela signifie un bon fonctionnement de la veille et du community management dans l'équipe de campagne de Pécresse a minima, de l'UMP plus globalement. Je savais que Cédric Deniaud (blogueur ô combien sympathique) travaillait à l'UMP comme "social media strategist". J'imagine que c'est probablement lui qui a insufflé un vent de community management dans le parti majoritaire, son blog personnel s'y intéresse tout particulièrement.

Un bon fonctionnement du community management en politique passe par la délégation, et donc la confiance. Je ne connais pas l'identité de la personne qui a répondu à ma note. Mais il l'a bien fait, rapidement et avec politesse. Des messages-clés efficaces. Une stratégie de réponse parfaite. Ce qui induit probablement une équipe dédiée, et je le pense formée. En regardant de plus près, la veille a été faite via le search de Twitter : quelques bons mots clés bien sentis, un clic sur ma note, une réponse directement. Sans avoir à en référer au-dessus. C'est la force du community management dématérialisé et autonome.

Certes cela ne changera pas mon vote pour les régionales, mais mon ego a été flatté, et cela engendre un respect envers le professionnalisme de la campagne de Pécresse. Changer une image est suffisamment rare pour le noter. Les autres partis politiques vont devoir s'en inspirer, au risque de perdre un capital sympathie. Le community management politique ne s'improvise pas, une réelle démarche de communication s'impose, avec à l'origine une stratégie et des équipes dédiées. Et l'UMP a très clairement une longueur d'avance.

Libellés : , , ,

08 mars 2010

Pécresse et son application iphone pour la campagne des régionales

Partager
Last but not least. Après Valérie Pécresse, je pense avoir fini de faire le tour des hommes et femmes politiques français ayant lancé une application iphone (si vous en voyez d'autres, n'hésitez pas à me les signaler). Après avoir observé l'application iphone de Jean-François Copé, l'application iphone de Jean-Pierre Chevènement et l'application iphone de Christian Estrosi, le cas de Valérie Pécresse diffère par son actualité. Un véritable outil de communication politique pour celle qui se présente aux élections régionales d'Ile-de-France.

Pécresse s'est rapidement auto-congratulé sur son site de campagne : "lancée mercredi 23 février, cette application iPhone compte d'ores et déjà 4000 téléchargements en 5 jours, ce qui constitue un excellent départ". Et il n'y a pas à dire, l'application est vraiment jolie, bien designée, avenante et élégante.

En revanche, déjà une promesse non tenue pour celle qui se voudrait Président de Région quand elle annonce : "Une version 2 de l’application « V.Pécresse » est prévue pour cette semaine avec l’ajout d’un agenda géolocalisé et du programme qui communiquera en temps réel l’ensemble des évènements organisés à proximité de l’utilisateur". Certes le projet est désormais présent sur l'application, mais aucune trace de géolocalisation, pourtant tellement intéressant pour une campagne de terrain. Il existe bien une géolocalisation dans l'onglet contact, mais on me signale seulement où je suis situé, merci beaucoup du renseignement. La version 1.2 a pourtant bel et bien été lancée, comme on peut le constater sur la page de téléchargement de l'AppStore.

Dans le contenu de l'application iphone de Valérie Pécresse, on retrouve le grand classique : une bio de Valérie Pécresse (mais pas de ses colistiers, ils apprécieront), les dernières actualités, les vidéos de campagne, les photos et le projet.

Étonnant en revanche, seules les vidéos et les photos peuvent être partagées sur Facebook, Twitter et par mail. Pour le projet et les actus, on attendra, c'est pourtant le plus important, c'est ce qu'ils disent tous. On peut également avoir accès aux tweets de la candidate UMP. Mais on ne peut ni faire de reply ni de retweet, on repassera pour la viralité.

Comme le dit Le Volontaire, "Même si cette application reste très basique – reprise du contenu du site internet – cette première lui permet de montrer sa volonté de coller à l’actualité des nouvelles technologies de communication (elle a déjà inauguré une sorte de média social de campagne, IDForte".

Il est certain, Pécresse sur le sujet a très clairement une longueur d'avance par rapport à ses adversaires pour ce scrutin régional. Il me souvient, lors de ma rencontre avec Alain Dolium, que ce dernier s'enthousiasmait en parlant d'une application mobile pour la campagne du MoDem aux régionales (je lui avais déclaré : "bon courage"). On l'attend toujours, alors même que Alain Dolium dirige une société, Obad, spécialisée dans le marketing mobile.

Pour Pécresse, une question me taraude : que va devenir son application iphone une fois la campagne terminée ? L'utilisera-t-elle pour poursuivre sa communication personnelle ? Ou toute la difficulté de faire perdurer une belle innovation et d'avoir une stratégie sur le long terme, afin de capitaliser sur une base de données et une fidélité qui ne peuvent jamais se construire en un mois.


Dans la même série :
- L'application iphone du gouvernement
- L'application iphone de Jean-François Copé
- L'application iphone de Jean-Pierre Chevènement
- L'application iphone de Christian Estrosi

Libellés : , , ,

Le lundi, on lit ... (2)

Partager
"Dans le 18ᵉ, ils sont trois. Trois élus au conseil d’arrondisement à faire partie d’une liste pour les prochaines élections régionales. Avec des motivations variables : si pour certains, la candidature relève plus du soutien politique (ils ne devraient donc pas se poser la question du cumul des sièges) d’autres briguent clairement un deuxième mandat électif."
Trois élus du 18e se présentent aux élections régionales 2010 - dixhuitinfo.com

"Dans un intéressant billet, François Lessard nous met en garde contre l’ochlocratie numérique, c’est-à-dire le moment où les foules lyncheuses prennent le pouvoir et où leur folie oublie l’intérêt collectif. Ce phénomène n’est pas nouveau, il est propre à la démocratie extrême, quand chacun des citoyens a le droit de s’exprimer. Athènes a connu le phénomène. En 415, la foule provoqua une guerre suicidaire et désastreuse en Sicile raconte Jacqueline de Romilly dans Problèmes de la démocratie grecque."
L’intelligence des foules conditionnelle - Thierry Crouzet

"De ce détour comparatiste, il ressort assez clairement que le parquet français est celui des systèmes étudiés qui présente le rapport pouvoirs / précarité du statut le plus défavorable. Dans ce contexte, la décision de la Cour européenne des droits de l’Homme, contestant au parquet la qualité d’autorité judiciaire, ne fait que confirmer une réalité tangible : le parquetier français ne remplit pas, au regard des normes européennes, toutes les conditions d’indépendance pour exercer les pouvoirs de magistrat qui lui sont confiés"
Détour comparatiste : analyse de quelques modèles de parquets étrangers - Syndicat de la magistrature

"More than 30 years after the fall of the Khmer Rouge regime, Cambodia will finally publicly face its brutal past during an international judiciary process and hopefully be allowed to put the souls of 1,7 million victims at rest. Even if only less than ten people will be prosecuted, the importance of having a tribunal which is understood by everyone is vitally important for its credibility"
30 Years for a Trial - Magnum in Motion (via John Vink)

Libellés : , , , ,

07 mars 2010

Jean-François Copé sur iphone avec Génération France

Partager
A droite toute ! Après l'application iphone de Christian Estrosi, et l'application iphone de Jean-Pierre Chevènement, voici l'application iphone de Génération France, le machin de Jean-François Copé. Un axe tout de même intéressant, Copé met en avant son club de réflexion plutôt que son égo. Fausse modestie bien entendu, Copé est partout sur le site de Génération France tout comme sur l'application iphone de Génération France.

Dès la page d'accueil de l'application iphone de Copé, le design fait mal aux yeux. La rhétorique aussi : "0% petites phrases, 100% débats d'idées" : que n'est-ce, ce slogan marketé, sinon une petite phrase ?

Dans le contenu de l'application iphone de Génération France, on tombe sur une (interminable) hagiographie de Jean-François Copé sous la rubrique "A propos de JFC", so class les initiales, so trendy. Et aussi les éditos, de Jean-François Copé. Les actualités, des textes il est vrai assez riches en arguments. On trouve également les infos sur les réunions du club, tous les passages de Copé dans les médias. Bref, une application mobile d'un club où l'on ne voit que du Copé partout.

Malheureusement tout cela sans aucun outil de partage, ni de commentaire. Seulement un envoi par mail, difficile à trouver , invisible et perdu dans le header. On trouve aussi un partage par Twitter, mais il ne fonctionne pas ... De l'application mobile à la sauce 1.0, bien triste, et tellement négligeant quand on se lance sur une nouvelle innovation.

En revanche, un point intéressant : la possibilité de faire un don à Génération France directement à partir de l'application iphone. Si je doute que ce moyen rapporte des mille et des cent aux groupies de Copé, ils ont raison de tenter, on a jamais assez d'argent quand on veut exister en politique.

Lancée en novembre 2009, l'application iphone de Jean-François Copé semble n'avoir intéressé que très peu de journalistes et de blogueurs. En cherchant bien, on trouve un article de Pierrick Fay sur Teknologik, pas très prolixe, après quelques brèves lignes il "retourne à son jeu de Poker de Glu". Si vous voulez vous faire votre propre avis, il vous faudra donc aller télécharger l'application iphone de Génération France sur l'AppStore. Au risque de choper une Copéite aiguë.

Dans la même série :
- L'application iphone du gouvernement
- L'application iphone de Valérie Pécresse
- L'application iphone de Jean-Pierre Chevènement
- L'application iphone de Christian Estrosi

Libellés : , , ,

06 mars 2010

L'application iphone de Chevènement

Partager
Poursuivons dans la découverte des applications mobiles des hommes politiques. Après l'application iphone de Christian Estrosi, intéressons-nous au seul (à ma connaissance) politicien de gauche qui a investit cet outil de communication : Jean-Pierre Chevènement. Le président d'honneur du MRC (Mouvement Républicain et Citoyen), âgé de plus de 70 ans, est pourtant bien celui que l'on n'attendrait pas sur ce créneau de communication politique.

Au premier contact de l'application iphone de Jean-Pierre Chevènement, on a envie de fuir, l'image d'accueil du Che effraye plus que n'encourage à découvrir le contenu : le regard inquisiteur et le sourire austère envoient une froideur que seul le léger rictus narquois atténue d'un cynisme intriguant.

Le contenu est simple et efficace : les derniers articles postés sur le blog de Jean-Pierre Chevènement, un onglet "populaires" dans lequel la note "Téléchargez l'application iPhone de Jean-Pierre Chevènement" arrive sans surprise en première position. On trouve également les vidéos (car Chevènement est également présent sur Twitter, sur Facebook, sur DailyMotion, sur YouTube et sur Flickr.

On appréciera la panoplie complète de viralité sur l'application iphone de Chevènement : possibilité de poster des commentaires en direct, envoi par email, partage sur Facebook et Twitter. On s'étonne en revanche de ne pas voir de bio du Sénateur du Territoire de Belfort, ni même de présentation de son parti. Pour le reste, aucune innovation particulière. Un peu dommage, mais on peut comprendre au regard des moyens limités du MRC.

Contacté par téléphone, celui qui est à l'origine de cette application, Julien Landfried - par ailleurs directeur du développement de l'excellente Fondation ResPublica (le think tank proche du MRC dont Chevènement est le Président), patron de la société Actu Point Info, mais aussi conseiller et rédacteur en chef de Ilovepolitics - m'a indiqué que l'application iphone de Jean-Pierre Chevènement avait été téléchargée par un peu plus de 600 mobinautes. Alors même que les objectifs de Julien Landfried sont d'un millier de téléchargements pour la première année, il devrait rapidement être satisfait, l'application ayant été lancée en décembre 2009. Si Jean-Pierre Chevènement n'est absolument pas geek ni même utilisateur d'iphone, il a su faire confiance à Julien Landfried et à ses équipes pour, au-delà de l'application iphone, installer une vraie stratégie de communication digitale.

Au moment de l'annonce de l'arrivée de Chevènement sur l'AppStore, on pouvait lire sur le blog iPhone cette interrogation : "A trois mois des élections régionales de 2010, allons-nous voir les applications iPhone d’hommes politiques se multiplier ?". Réponse négative, il faudra encore attendre avant que les hommes politiques comprennent toute la puissance en communication politique de ce nouvel outil.

Dans la même série :
- L'application iphone du gouvernement
- L'application iphone de Valérie Pécresse
- L'application iphone de Jean-François Copé
- L'application iphone de Christian Estrosi

Libellés : , ,

02 mars 2010

L'application mobile de Christian Estrosi

Partager
Si je suis dubitatif quant à l'intérêt électoral de développer pour un parti politique son propre réseau social, il est un outil dans lequel je crois énormément pour l'avenir de la communication politique : le mobile. Géolocalisation, réalité augmentée, des innovations extraordinaires pour la communication politique.

Pour le moment très peu de femmes et d'hommes politiques français se sont attaqués à cet outil. Dès que l'un d'entre eux rencontrera un succès, tous les autres suivront. Le précurseur aura gagné en terme de notoriété quant à sa capacité d'innovation et son capital sympathie auprès des cibles communicantes et technophiles.

Christian Estrosi et son application iphone. Une application modestement appelée "Christian Estrosi" (vive la personnification à outrance de la politique !) et disponible gratuitement sur l'AppStore. Il a certes eu le mérite d'être le premier ministre à se montrer sur iphone mais "un choix insolite, et peut-être peu pertinent dans la mesure où l’on pourrait attendre d’un élu qu’il s’adresse à tous ses concitoyens plutôt que de se limiter à la frange qui possède un iPhone" comme le précise le blog iPhone.

Quant à l'intérêt pratique de cette application : aucun. Juste un ramassis de flux RSS : les actualités de son site internet, de sa photothèque et de ses vidéos. Et une bio très détaillée et hagiographique. Pour le reste, rien. Aucune interaction n'est possible, même son compte Twitter n'est pas indiqué.

C'est bien dommage d'aller au-devant de l'innovation sur le terrain de la communication politique sans proposer de réels contenus supplémentaires, ni de discussions complémentaires. Toujours le même défaut de la communication "top - down", tellement inadaptée au web social, au web mobile.

Impossible de connaître le nombre de téléchargements de l'application pour iphone de Christian Estrosi. En revanche, on peut lire les commentaires des mobinautes sur l'AppStore : 37 avis "5 étoiles" (le must) contre 126 avis "1 étoile" (le pire), 28 entre les deux. Il va être intéressant de voir comment l'AppStore deviendra un nouveau lieu de défoulement politique entre militants.

Mais les premiers commentaires apparaissant sont tous catastrophiques pour le Ministre chargé de l'Industrie et Maire de Nice. Si les partis politiques commencent à comprendre l'intérêt de se doter de community managers pour comprendre et analyser les discussions sur les médias sociaux, voire pour participer aux discussions parfois, il serait bon qu'ils intègrent dès le lancement de leurs stratégies mobiles la gestion de leur m-réputation.


Dans la même série :
- L'application iphone du gouvernement
- L'application iphone de Valérie Pécresse
- L'application iphone de Jean-Pierre Chevènement
- L'application iphone de Jean-François Copé

Libellés : , , ,

01 mars 2010

Le lundi, on lit ... (1)

Partager
"Qui n'y a jamais mis les pieds ne peut s'imaginer l'ambiance si particulière de la sortie du métro Barbès-Rochechouart (Paris XVIIIe). Jean-Michel Lebcher relevait le défi d'y tenir un kiosque à journaux depuis trente ans. Figure de ce quartier grouillant et populaire, il cède la place"
Dans le chaudron de Barbès, la galère du vendeur de journaux - Rue89

"Aujourd'hui, la déroute présumée vire même pathétique : on apprend que l'enjeu, désormais, pour Pécresse et Karoutchi, seraient la présidence du groupe d'opposition au Conseil Régional. C'est dire le niveau de confiance de la droite. Pire encore, le directeur de campagne de Valérie Pécresse aurait décidé de porter plainte contre un site qui s'acharnerait contre Valérie Pécresse4, et qui serait alimenté par... Roger Karoutchi."
Régionales : ça branle dans le manche - Koztoujours

"Fort de cette innovation, le LAB de FRANCE 24 fait aujourd'hui évoluer cette application en y ajoutant une nouvelle fonctionnalité permettant de faire figurer automatiquement sur ce même lecteur chaque mot prononcé à l’antenne, depuis les commentaires des présentateurs, les récits de reportages jusqu’aux interviews de tous les invités"
Demo: inauguration de la transcription automatique des programmes TV/video live - Mikiane

"Ce jeune homme de 29 ans, originaire de Kaolack, est issu de la mixité harmonieuse qui règne au Sénégal : d'un père Toucouleur mouride et d'une mère Sérère chrétienne, Makhtar est l'exemple parfait du métissage d'ethnies et de religions dont sont capables les sénégalais."
[Sénégal] Dans le Delta du Siné Saloum - Gallïane et ses Murmures

"Nary: She came from a small village. Five armed men raped her when she was 13 years old. The shame and guilt from this attack stigmatized her, and she drifted from family to family until one family sold her to a Phnom Penh brothel. Nary was trapped there for over two years as a sex worker. She tried to escape but was caught, beaten and forced to work again."
The agony of Cambodian female victims of sex trafficking and exploitation - Sopheap Chak

Libellés : , , , ,